Si la saison est à l’image du Grand Prix of Alabama, alors l’INDYCAR a de quoi avoir le sourire. Réputée pour être une piste délicate sur le plan des dépassements, Le Barber Motorsports Park nous a prouvé le contraire cette année en nous offrant un spectacle fantastique au cours duquel les pilotes se sont bagarrés à tous les étages du peloton.

C’est sous le soleil mais par une forte humidité que les pilotes ont débuté la course. Dès le premier virage, le Poleman Helio Castroneves conserve son bien devant James Hinchcliffe et Scott Dixon. Un peu plus loin, Simon Pagenaud et Will Power commencent leur remonté en dépassant respectivement à l’extérieur et à l’intérieur au virage 4 E.J. Viso. En queue de peloton, Alex Tagliani est déjà arrêté en piste suite à une casse moteur et le Pace Car entre en piste pour la première fois.


La relance intervient 4ème tour avec Castroneves en tête et dès le premier virage, Dixon manque de sortir Hinchcliffe au prix d’une attaque très virile. Dans le peloton, Sébastien Bourdais commence son festival. Le pilote Lotus Dragon Racing s’attaque à une vieille connaissance, Rubens Barrichello au virage 4, et lui chipe la 12ème position avant de mettre la pression sur Ryan Hunter-Reay.

Au 14ème tour, la démonstration d’un autre Français ravît les spectateurs présents dans l’Alabama. Simon Pagenaud s’attaque au freinage à Mike Conway et le double au virage 4.

Un tour plus tard, le balai des premiers ravitaillements commencent. Oriol Servia et Marco Andretti s’arrêtent avant que Dario Franchitti, englué dans le peloton les imite deux tours plus tard. L’Ecossais en profite pour chausser les gommes tendres. Un choix qui sera la favori pour la majorité des pilotes, victimes d’un sous-virage chronique.

Au 25ème tour, soit à la fin de son relai en carburant, Castroneves marque son premier arrêt. Le Brésilien monte les pneus durs et son équipe anticipe un fort sous-virage et par conséquent, lui ajoute de l’appui sur l’aileron avant.

Un tour plus tard, Dixon et Hinchcliffe rentrent ensemble et tous les deux anticipent également un fort sous-virage avec les gommes dures. Après huit secondes d’arrêt pour l’équipe Chip Ganassi Racing, le Néo-Zélandais ressort non seulement devant le pilote Andretti Autosport victime d’un problème lors du montage de sa roue arrière gauche mais également en tête. Dixon a parfaitement su mettre à profit son tour supplémentaire en pneus tendres pour creuser l’écart sur Castroneves. Si bien qu’au 30ème tour, une fois les premiers arrêts effectués, nous retrouvons dans le top-10 Dixon en tête devant Castroneves, Hinchcliffe, Graham Rahal, Tony Kanaan, Will Power, Conway, Pagenaud, J.R. Hildebrand et Ryan Briscoe.

Au 38ème tour, le Roi des circuits routiers fait parler la poudre et s’empare du meilleur tour en course. A cet instant, il devient évident que la menace Power s’intensifie. Le pilote Penske effectuera quatre tours de qualifications avant de procéder à son deuxième arrêt aux stands au 42ème tour. Toujours sur une stratégie agressive, l’Australien repart en pneus tendres.

Six tours plus tard, c’est au tour du leader de rentrer à son box. L’arrêt se prolonge quelque peu, la faute à un problème sur la roue arrière droite.

Un tour plus tard, Castroneves rentre à son tour et dans le même temps, Marco Andretti passe Bourdais à l’extérieur puis à l’intérieur dans les deux derniers virages du circuit au prix d’une manoeuve pleine d’autorité rappelant les grandes heures de son père.

Une fois les deuxièmes ravitaillements effectués, le top-10 s’établit ainsi : Dixon, Power, Hinchcliffe, Castroneves, Rahal, Pagenaud, Conway, Kanaan, Andretti et Bourdais.

Au 53ème tour, Takuma Sato s’arrête en piste, victime d’un ennui mécanique alors que Briscoe en délicatesse avec un mauvais jeu de pneus durs se fait doubler par la modeste monoplace d’Oriol Servia. L’Australien est si lent en piste qu’il décide de marquer un arrêt supplémentaire pour se débarrasser de ses gommes.

Un tour plus tard, Hunter-Reay s’attaque au champion en titre et le passe pour le gain de la 12ème position. La course est difficile pour Franchitti mais elle est cruelle pour Kanaan qui occupait une place dans le top-10 et qui rentre aux stands pour faire vérifier son amortisseur arrière droit.


Au 65ème tour, Pagenaud et Bourdais ouvrent la salve des troisièmes et derniers pit-stops. Les Français repartent en pneus tendres et le pilote Dragon laisse s’envoler quelques secondes après que son mécanicien ait eu quelques difficultés à remonter sa roue avant droite.

Au tour suivant, Power rentre à son tour. Le vice-champion poursuit en tendres tandis que Dixon marque son dernier arrêt dans la boucle suivante. Le pilote Ganassi choisit lui aussi les Firestone « rouges » mais à nouveau, un problème sur la roue arrière droite va lui faire perdre de précieuses seconde. Et au moment de regagner la piste, Dixon perd sa position de leader au profit du pilote Penske. Néanmoins, le double champion aura une occasion de refaire son retard suite à la deuxième neutralisation causée par la sortie de piste de Katherine Legge, dans les virages 7 et 8.

Au moment du restart à 17 tours du but, le top-10 est composé de Power, Dixon, Hinchcliffe, Castroneves, Rahal, Pagenaud, Conway, Andretti, Bourdais et Hunter-Reay. Dès le premier virage, Castroneves souffle la troisième place à Hinchcliffe alors que Pagenaud s’immisce dans le top-5 en dépassant le pilote Andretti Autosport.

A cinq tours du drapeau à damier, Bourdais et Barrichello qui a retrouvé des ailes menacent Andretti pour le huitième rang au point que le Brésilien le passe au freinage du virage 4 avant que Bourdais ne rende la monnaie de sa pièce à Andretti dans les deux derniers virages un tour plus tard (l’Américain l’avait doublé en début de course). La fin de course est décidément dure envers Andretti puisqu’il se fera déposséder d’un top-10 par Franchitti en toute fin de course.

En tête de la course, Power s’est construit une avance de deux secondes sur Dixon et franchit le drapeau à damier à la première position au terme d’une course gérée de façon magistrale par l’équipe numéro #12 de l’écurie Penske. L’Australien décroche ainsi sa première victoire de la saison et sa 16ème en carrière.

Scott Dixon termine deuxième et nul doute que Chip Ganassi parlera à ses mécaniciens des deux erreurs lors des arrêts aux stands qui lui ont couté la victoire.

Helio Castroneves monte quant à lui sur le podium après avoir offert une magnifique résistance à Graham Rahal lors des cinq derniers tours.

Dans le top-10, Rubens Barrichello a fait parler son immense expérience des Grands Prix pour rallier l’arrivée à une encourageante huitième position après s’être élancé depuis la 14ème place sur la grille.

Enfin signalons l’excellente prestation des Français puisque Pagenaud finit dans le top-5 tandis que Bourdais signe une remarquable neuvième place et se permet le luxe de devancer le champion en titre et de se classer premier pilote Lotus.