La Hendrick Motorsports va-t-elle remporter le deux-centième succès de son histoire ? Après un échec cuisant à Martinsville, la plus grosse écurie de la NASCAR Sprint Cup Series s’est de nouveau pris les pieds dans le tapis au Texas, théâtre de la septième manche de la saison.

Pour la première fois depuis l’épreuve du printemps à Talladega la Hendrick Motorsports a placé ses quatre pilotes dans le top-10, mais contrairement à l’an dernier elle n’a pas gagné, puisque Greg Biffle a parfaitement maîtrisé la fin de course et a résisté à Johnson pour s’imposer avec 3,235 secondes sous le drapeau à damier. Ce succès est le neuvième de la Roush Fenway Racing sur cette piste.

Greg Biffle remporte son premier succès de la saison et sa première course depuis l’épreuve disputée au Kansas en octobre 2010. Il remporte également la course la plus rapide de l’histoire au Texas (3 heures 7 minutes et 12 secondes à 160,577 mph), celle-ci n’ayant connu que deux neutralisations, soit le plus petit nombre depuis l’arrivée du Texas Motor Speedway au calendrier de la Sprint Cup.


Biffle a définitivement pris la tête de l’épreuve au tour 304 sur les 334 à Johnson qui a tout tenté pour gagner, quitte à aller taper le mur. Le quintuple champion de la NASCAR a mené le plus grand nombre de tours avec 156 boucles parcourues en tête.

Greg Biffle : « J’ai donné mon maximum. Je savais que je devais tout donner et que l’écurie me pardonnerait si j’avais un accident pour le battre alors j’ai donné tout ce que j’avais. »

Mark Martin a pris la troisième place alors que Jeff Gordon et Matt Kenseth complètent le top-5. Kasey Kahne et Dale Earnhardt Jr. se sont classés respectivement septième et dixième, mais ont eux aussi échoué dans la quête de la deux-centième victoire de la Hendrick Motorsports.

Ce succès est le premier de son chef d’équipe, Matt Puccia dans la série reine de la NASCAR.

Greg Biffle : « Je savais que c’était une question de temps. Je remercie tous ceux qui ont été capable de créer ces voitures aussi rapides. Nous avons vraiment bien roulé. »

Peu après la mi-course Biffle a dépassé le poleman, Martin Truex Jr., pour la tête de la course. C’est cependant Jimmie Johnson qui était le plus performant tout au long du long run sous drapeau vert qui a vu trois cycles d’arrêts sous drapeau vert.

Si Johnson était le meilleur dans le clean air il se faisait reprendre du temps dans le trafic si bien qu’en fin d’épreuve Biffle a pu revenir sur Johnson pour le dépasser définitivement.

Lors du dernier relai Biffle avait pour consigne d’économiser du carburant et ses pneumatiques lors des premier tours.

Greg Biffle : « J’étais limite en carburant alors j’ai fait attention au début et j’ai laissé rouler la voiture dans les virages. J’ai aussi attaqué aussi fort que je le pouvais pour le rattraper. Quand il était dans le trafic je le rattrapais. »

Johnson a notamment buté sur Ryan Newman, déjà à un tour au moment des faits, qui n’a pas facilité la tâche au leader de l’épreuve.

Jimmie Johnson : « Quand je rattrapais des pilotes à plusieurs tours, ils ne montraient pas le respect qu’ils me devaient en tant que leader. Avant que je le sache le 16 était à mes côtés et m’a passé. Nous nous sommes battus avec lui pendant huit à dix tours avant que je ne fasse une erreur dans le virage n°3 et je suis allé heurter le mur. À ce moment-là j’ai choisi de ramener la voiture à la maison. Une bonne nuit de bout en bout. Je pense que nous pouvions terminer sur la Victory Lane. Nous réessayerons le week-end prochain. »

Au classement général, Greg Biffle augmente son avance à dix-neuf points sur son coéquipier Matt Kenseth.