Que se passe-t-il dans la maison Chevrolet lors des courses à plaques de restriction ? Sur les cinq courses disputées cette année en Sprint Cup avec les plaques de restrictions (Trois l’ont été hors-championnat – ndlr.) Chevrolet n’en a remporté qu’une c’était avec Tony Stewart à l’occasion des Gatorade Duels !

À Talladega les pilotes Chevrolet étaient attendus pour donner la réplique à Ford qui a clairement un avantage, cette saison sur ces courses, malheureusement cela n’a pas vraiment fonctionné et les problèmes moteurs ont été légion.

Le premier pilote à en faire les frais n’est autre que Regan Smith. Le pilote de la Furniture Row Racing n’aura fait que seize tours avant que son moteur ne parte en fumée. Jimmie Johnson et Ryan Newman seront contraint de mettre pied à terre pour les mêmes raisons.


Jeff Gordon passe son temps à se plaindre

Parmi les pilotes encore en course, Jeff Gordon est le plus victorieux sur cette piste (Six succès – ndlr.) et sur ce genre de courses (Douze victoires – ndlr.), il sait donc comment gérer les temps forts et faibles. Cependant, il a un œil constamment rivé sur ses jauges afin de vérifier que les températures ne sont pas excessives.

Seul problème les témoins lumineux ne cessent de clignoter lorsque Gordon est dans le paquet, il doit donc régulièrement se laisser glisser à l’arrière du peloton pour refroidir son moteur.

Jeff Gordon : « Ces températures sont une blague. Ils (Les officiels de la NASCAR – ndlr.) doivent régler cela. Nous savions tous que cela aurait une grosse importance. Mais quand vous ne pouvez pas vraiment courir, surtout dans un paquet, à cause des températures alors c’est un problème. »

Pas de problème chez Ford, Penske ravi

Serait-on mauvais perdant chez Chevrolet pour se plaindre à ce point ? Une chose est certaine, que ce soit chez Ford où chez Dodge personne n’a critiqué les températures.

Carl Edwards : « Je n’ai eu aucun problème. S’ils retournent à l’atelier pour travailler sur leurs radiateurs et leurs systèmes de refroidissement je suis sûr qu’ils seront meilleurs. »

Ce qui gène également certaines personnes c’est que la NASCAR, pour apprendre des données, doit faire des tests en condition de course. Roger Penske, n’est pas de cet avis.

Roger Penske : « Pour moi c’est la façon dont vous poussez vos adversaires. Vous devez regarder votre température d’eau et votre température d’huile. Je pense que la règle est juste. »

Le temps d’une course les pilotes ont donc plus eu à se soucier des problèmes de température qu’à la consommation de carburant, cela n’a pourtant pas empêché certains d’entre-eux de tomber en panne d’essence, parmi-eux Tony Stewart, Kevin Harvick, Jeff Burton ou encore Aric Almirola.