La journée avait commencé avec le « Rookie Test » de Rubens Barrichello. Puis durant six heures et demie, 10 autres pilotes ont rejoint le Brésilien afin de venir tester le nouveau package aérodynamique destiné aux superspeedways. Au cours de cette session, les pilotes ont eu le loisir d’essayer diverses configurations aérodynamiques au contraire de ce qu’ils connaissaient avec l’ancienne monoplace et ont ainsi pu valider les solutions proposées par Dallara et l’INDYCAR. Et d’après leurs déclarations, le plaisir de piloter sur ovale sera largement supérieur à ce à quoi ils étaient habitués avec la Dallara IR07.


« Les voitures ont un grand panel d’options, ce qui m’a surpris en bien.« , a avoué Scott Dixon, meilleur temps de ces tests. « Au lieu de venir ici avec une aile arrière inclinée à 10 degrés provoquant des courses en paquets, et empêchant les gens d’adopter des stratégies différentes et de créer des écarts entre eux, il y a désormais des choix différents possibles. Ce sera difficile de piloter sur un relai de course, ce qui d’après moi est bien.« 

« Venir ici et mettre la voiture en situation où vous pouvez retirer énormément d’appui est très difficile, et les qualifications seront délicates pour changer. Au Texas, ce sera plutôt énorme.« 

Déjà présent en février aux côtés de Tony Kanaan, Ryan Briscoe s’est également exprimé au sujet du comportement de la DW12 sur superspeedway et confirme l’avis de Dixon.

« Nous sommes revenus avec un package aérodynamique comportement moins d’appuis ce qui ajoute plus de défi au pilotage. Vous pouvez trouver la limite des pneumatiques plus tôt. Nous sommes à un point où nous pouvons presque rouler avec le minimum d’appui en qualification, et ensuite pour la course, il faudra parier sur combien d’appui vous voudrez remettre. On espère que ça va dans la bon sens en empêchant tout le monde de rouler avec le même niveau d’appui et de disposer de trop d’adhérence, ce qui cause les courses en paquets que nous avions à Las Vegas (ndlr : qui est la cause principale du décès de Dan Wheldon). On devra vraiment jouer avec nos pédales à la mi-relai.« 

A l’issue de cette séance, Dixon s’est montré le plus rapide à bord de sa Dallara-Honda numéro #9 en ayant bouclé un tour à la vitesse moyenne de 212,371mph. Le Néo-Zélandais est le seul pilote à avoir franchi la barre des 212mph sur un tour. Il devance deux autres moteurs Honda puisque Charlie Kimball et Dario Franchitti se sont classés respectivement deuxième et troisième avec des temps de 211,330mph et 210,525mph. A l’évidence, le moteur Honda est supérieur à son rival Chevrolet en termes de puissance. Pourtant, lors des courses sur ovales, une autre variable viendra influencer la performance des moteurs : leur consommation. Et pour l’instant même s’il est le plus rapide, le bloc nippon est également le plus gourmand. Voilà un axe sur lequel les japonais devront travailler s’ils veulent éviter d’être dominés par Chevrolet dans la suite de la saison.

Du côté Chevrolet justement, Will Power est leur meilleur représentant au quatrième rang avec un tour bouclé à la moyenne de 210,367mph.

Au final, 1172 tours ont été complétés par l’ensemble des 12 pilotes sans qu’aucun incident ne vienne entraver le bon déroulement de ces essais.

Classement des essais du Texas