Jeff Gordon va-t-il se qualifier pour les playoffs de la NASCAR Sprint Cup Series au soir de la seconde épreuve de Richmond ? Après dix courses la question mérite réellement d’être posée tant le début de saison du quadruple champion est des plus catastrophique.

À Talladega Gordon a signé sa troisième arrivée consécutive hors du top-20. Une spirale négative qui le repousse à la vingt-troisième place du classement général à soixante-dix longueurs de la dixième et dernière place permettant de se qualifier directement pour le Chase. Autrement dit Gordon doit viser l’une des deux wild cards, mais pour cela deux conditions à remplir, gagner des courses et endiguer les arrivées hors du top-20 qui sont au nombre de six après dix courses.


Jeff Gordon : « Je veux en rire, mais je dois aussi en pleurer. C’est simplement ridicule de ne pas en accrocher une. À ce niveau là il vaut mieux en sourire, trouver cela comique et se rendre sur la prochaine piste pour essayer de gagner. »

Outre le fait d’être impliqué dans un accident, Gordon a également connu des problèmes de température moteur qui l’ont régulièrement forcé à s’écarter du paquet pour rafraîchir correctement son moteur.

Jeff Gordon : « C’est l’une des saisons les plus bizarres que cette équipe a connu. À ce point là c’en est presque comique. »

Interrogé à l’issue de son abandon il était difficile de savoir si Gordon était plus énervé par son problème de température moteur que par son abandon suite à l’accident après avoir été touché par Martin Truex Jr..

Jeff Gordon : « Je n’aime pas frapper le mur. Je croyais que c’était bon. Ce n’est pas drôle lorsque les témoins de températures dans la voiture se comportent comme les guirlandes d’un arbre de Noël. Vous êtes obligés de faire attention à cela. »