201,896 mph, c’est la vitesse moyenne atteinte par Tony Stewart lorsqu’il a établi son meilleur tour lors de la seconde séance de ce jeudi. Pour faire simple jamais une voiture de NASCAR n’est allé aussi vite au Michigan, le record de la piste étant toujours détenu par Ryan Newman en 194,232 mph depuis 2005 pour quelques heures encore.

Aucune piste inscrite au calendrier n’a un jour enregistré une vitesse moyenne au tour supérieure à 200 mph, à l’exception des ovales de Daytona et Talladega où les plaques de restrictions sont de mises depuis 1988. En fait, pour voir un pilote franchir la barre des 200 mph avant l’instauration de ces plaques il faut remonter au mois de juillet 1987 lorsque Bill Elliott avait placé sa Ford en pole position de l’épreuve de Talladega en 203,827 mph.

Lors de la séance du jeudi matin pas moins de trente-neuf pilotes se sont montrés plus rapide que l’actuel record de la piste, durant celle de l’après-midi, l’ensemble du plateau a battu cette marque.


À l’issue des six heures d’essais les officiels ont purement et simplement écarté la possibilité d’utiliser les plaques de restrictions.

Robin Pemberton : « Les conditions de ce matin étaient les plus propices pour battre le record. Au fur et à mesure qu’ils vont rouler, que la gomme va se déposer et que les autres séries vont prendre la piste, les trajectoires vont s’élargir et le rythme va diminuer. C’était agréable de voir ces vitesses. Peut-être en sera-t-il de même en qualifications, peut-être, mais cela va continuer à diminuer à partir de maintenant. »

Du côté des pilotes la question se pose de réduire ou non les vitesses afin d’assurer leur sécurité.

Pour Greg Biffle, les vitesses atteintes ne permettent pas de remettre complètement en cause la sécurité sur la piste, mais on s’en rapproche. Le pilote de la Roush Fenway Racing a cependant souligné que les pilotes avaient tenté d’aller le plus vite possible pour voir où la limite se situait.

Le quintuple champion de la NASCAR, Jimmie Johnson, estime pour sa part que la stabilité des voitures contrebalance avec les vitesses atteintes.

Jimmie Johnson : « Tous les pilotes se sont rués en piste pour avoir un tour avec une vitesse moyenne supérieure à 200 mph. Vous avez certainement ressenti que la vitesse ainsi que le confort était présents. Je ne suis pas préoccupé par les vitesses. Certes je n’ai pas vu de voiture frapper le mur ni vu la réaction des murs SAFER, mais au moins l’équilibre de la voiture dans ces conditions la rend confortable à piloter. »

Souvent les premiers à se plaindre dès que la sécurité semble faire défaut à leurs yeux, les deux Jeff, Burton et Gordon, n’ont toujours pas réagi quant à d’éventuelles mesures que devrait prendre la NASCAR.

Selon vous, la NASCAR doit-elle agir au nom de la sécurité dès ce week-end, attendre la prochaine course, ou bien garder cette configuration ?