La journée du jeudi a vu Tony Stewart (35,662 secondes / 201,896 mph) signer le meilleur chrono. Lors de la séance matinale c’est Mark Martin qui s’était illustré, mais c’est bien au cours de l’après-midi que les pilotes sont allés le plus vite.

Sept pilotes sont passés au dessus de la barre des 200 mph sur un tour lors de la seconde séance du jour. Sur cette nouvelle surface Goodyear a ammené des pneumatiques très constants et dont la dégradation est une nouvelle fois très lente, puisque sur dix tours consécutifs Mark Martin a été le plus véloce à la vitesse moyenne de de 197,434 mph !

Au-delà des temps, pilotes et officiels sont unanimes sur les bienfaits de cette nouvelle surface. Malgré les vitesses atteintes, Jimmie Johnson se sent à l’aise dans la voiture. En outre il estime également qu’il s’agît d’un défi permanent pour les pilotes de tourner à ces vitesses.


Séance 2 : les temps.

Du côté des officiels la satisfaction est de mise. La première séance réunissait les conditions optimales pour aller vite du fait d’une température ambiante assez basse, alors que la chaleur du week-end devrait faire naturellement baisser les vitesses.

Ancien leader du classement général, Greg Biffle estime pour sa part que chaque tour est un tour de qualification durant lequel il faut retenir son souffle.

Greg Biffle : « C’est vraiment, vraiment rapide ici. Une chose que j’aime est la largeur de la piste. »

John Darby, le directeur de la NASCAR Sprint Cup Series a vérifié et validé toutes les données techniques. L’objectif de cette première journée était de contrôlé l’étagement des boîtes de vitesses et l’absence de problèmes liés au refroidissement. Après six heures d’essais les deux contraintes ont été remplies.