A cinq courses du dénouement de la saison 2012 d’IndyCar, Ryan Hunter-Reay mène le championnat pilote avec 34 points d’avance sur Will Power.

Cette passation de pouvoir est lourde de sens puisque depuis le 15 avril et l’épreuve de Long Beach, le pilote Penske occupait la tête du classement et semblait se diriger tout droit vers son premier titre de champion, une récompense qui le fuit depuis 2010. Mais une fois encore, Power a enchaîné une série de mauvais résultats. Depuis le 9 juin et les Firestone 550 au Texas, Power n’en finit plus de passer à côté de ses courses. Intégrant de justesse le top-10 au Texas et à Milwaukee, le vice-champion 2010 et 2011 a également connu deux accidents sur l’Iowa Speedway et à Toronto.


Au final, Power a donc cédé son fauteuil de leader à Hunter-Reay et occupe désormais le rôle d’outsider. Une position étonnante pour le meilleur pilote sur circuits routiers et urbains qui s’explique par la régularité et la polyvalence de son adversaire américain comme le déclare son patron Michael Andretti.

« En tant que propriétaire d’écurie, c’est quelque chose que j’aimais à propos de Ryan, pour que nous soyons compétitifs sur tous les types de circuits. Nous attendons avec intérêt les courses suivantes. Je ne pense pas qu’il ait une faiblesse sur l’un des circuits restants. »

« Je ne pense pas que Ryan doive aborder les choses différemment. Je ne pense pas que l’écurie doive procéder différemment non plus. Nous devons seulement continuer à faire notre boulot. Si tout le monde fait bien son travail, nous devrions être bons. Si aucune erreur n’est commise sur le restant de l’année, je pense que nous avons une chance de remporter le championnat.« 

Pour rappel, le dernier titre de l’écurie (alors appelée Andretti-Green Racing) remonte à 2007 avec Dario Franchitti.