Ce week-end l’IndyCar continue sa tournée canadienne. Après les rues étroites de Toronto, les pilotes d’IndyCar retrouvent les larges pistes de l’aéroport d’Edmonton pour ce qui sera la huitième édition du Honda Indy Edmonton.

Suite à de nombreuses critiques portant sur les difficultés de dépassement et au besoin de l’aéroport de conserver des pistes ouvertes au trafic aérien, la ville d’Edmonton a procédé l’année passée à d’importants travaux pour modifier le tracé afin de conserver sa place dans le championnat. D’un circuit sinueux et très technique, Edmonton est devenu très rapide avec deux longues portions à fond suivies par un gros freinage et quelques enchaînements qui seront franchis sur le 4ème rapport. Le spectacle y a également gagné comme en ont témoigné les passes d’armes entre Will Power et Takuma Sato pour la première place en 2011.


De Will Power justement, il en est question ce week-end. Délogé de sa place de leader au classement du championnat pilote, le double vice-champion 2010 et 2011 pointe désormais au deuxième rang à 34 points de Ryan Hunter-Reay. Connaissant une série sans précédent de six courses et douze semaines sans victoires, Power fera tout ce week-end pour à nouveau dominer de la tête et des épaules ses adversaires sur son terrain de jeu favori, les circuits routiers.

Du côté du leader du championnat, Hunter-Reay en cas de victoire pourrait devenir le premier pilote en six ans à remporter quatre victoires consécutives.

Parmi les outsiders, il faudra surveiller Justin Wilson. Alors qu’il faisait parti des favoris à Toronto, le pilote britannique fut contraint à l’abandon suite à un problème mécanique. A Edmonton, Wilson revient sur un circuit sur lequel il avait décroché une Pole Position et remporté une course en ChampCar. Encore une fois, il devrait jouer la gagne et tentera de remporter la deuxième de l’écurie Dale Coyne Racing.

Autre outsider et non des moindres, Sébastien Bourdais. A l’instar de Wilson, le Français pouvait prétendre à la victoire à Toronto et sera assurément à son aise sur l’aéroport d’Edmonton. Vainqueur en 2005 et 2007 en ChampCar, le pilote Dragon Racing pourrait bien faire son retour sur la Victory Lane dimanche.

L’oeil du pilote :
Bien qu’étant un circuit non permanent, Edmonton possède les caractéristiques d’un circuit routier américain traditionnel. Composé de deux longues lignes droites, d’épingles, de chicanes bosselées et de virages rapides, cette piste offre un défi très intéressant aux pilotes. Ces derniers doivent constamment se battre pour chercher l’adhérence lors des phases de freinage et lors des longs appuis qui se négocient sur un asphalte bosselé qui ne cherche qu’à envoyer les monoplaces en tête-à-queue. A ce titre, observez bien les caméras embarquées de Power et de J.R. Hildebrand tant ces deux pilotes sont passés maîtres dans l’art de danser avec leur Dallara.

Du point de vue de la mise au point de ces monoplaces, les ingénieurs devront offrir à leur pilote de forts appuis pour négocier les virages qui se passent sur le quatrième rapport ainsi qu’une bonne traction pour s’extraire des deux épingles. La garde au sol sera réglée assez haute et les suspensions de manière souple pour offrir un maximum de grip mécanique sur les bosses.

La course :Edmonton Indy

La date et l’heure : Dimanche 22 juillet 14H00 heure côte-Est, soit 20H00 en France

Le circuit : Edmonton City Centre Airport, circuit urbain de 2,224 miles

La distance : 75 tours, soit 166,8 miles

Poleman 2011 : Takuma Sato

Vainqueur 2011 : Will Power