À l’occasion des Crown Royal 400 disputés sur l’Indianapolis Motor Speedway il y avait Jimmie Johnson et il y avait les autres. Le pilote de la Hendrick Motorsports s’impose pour la quatrième fois sur le Brickyard, rejoignant au rang des pilotes les plus victorieux sur cette piste son illustre coéquipier, Jeff Gordon.

Annoncé comme l’un des évènements de l’année l’épreuve n’a pas attiré grand monde, puisque 125.000 personnes étaient présentes dans les tribunes. Si cela rempliera à cent pour cent la majorité des tribunes des pistes visitées cela laissait de grands vides tout autour de l’ovale le plus connu du Monde.

Sous le drapeau à damier Johnson devance Kyle Busch de 4,758 secondes alors que Greg Biffle, Dale Earnhardt Jr. et Jeff Gordon complètent le top-5. Denny Hamlin, Ryan Newman, Martin Truex Jr., Brad Keselowski et Tony Stewart sont dans le top-10.


La domination de Johnson aurait pu être totale si Keselowski n’avait pas tenté une stratégie décalée durant le deuxième tiers de l’épreuve, avant de se remettre dans celle des leaders à l’occasion de la troisième neutralisation causée par Jeff Burton.

Gordon semblait une nouvelle fois être le pilote capable de titiller Johnson pour la gagne, mais encore une fois le quadruple champion a connu des problèmes. C’est cette fois-ci dans les stands que cela s’est passé avec deux arrêts extrêmement longs en fin de course qui lui ont à chaque fois fait perdre plusieurs places et le contact avec son coéquipier.

Si Biffle termine troisième, il est bien le seul pilote de la Roush Fenway Racing à pouvoir se satisfaire de son épreuve. S’il n’a jamais été réellement en mesure de suivre le rythme imposé par les deux compères de la Hendrick Motorsports il a effectué une course solide et marqué de gros points, au contraire de ses deux autres coéquipiers.

Carl Edwards a connu des problèmes électrique en tout début de course ce qui l’a contraint à repasser par la voie des stands sous drapeau vert pour réparer, perdant ainsi deux boucles qu’il ne sera jamais en mesure de rattraper. Le pilote de la Ford n°99 a péniblement rallié l’arrivée en vingt-neuvième position avec quatre tours de retard sur le vainqueur de l’épreuve.

Matt Kenseth n’a pour sa part pu éviter la voiture en perdition de Joey Logano après que ce dernier soit allé au contact avec Trevor Bayne. L’accident a causé la cinquième et dernière neutralisation de l’épreuve, mais coûte surtout la tête du classement à Kenseth au profit d’Earnhardt qui compte désormais quatorze longueurs d’avance sur le champion 2003.