Anthony : « Ah le cas Jacques Villeneuve… Adoré ou détesté, le fils de l’ancien pilote de Formule 1 Gilles Villeneuve ne laisse personne indifférent. Et ce week-end encore, le Québécois de 41 ans a fait parler de lui. Toujours très en verve, à l’affût de la moindre opportunité de dépassement, Jacques Villeneuve en fait parfois beaucoup, même un peu trop. »

« Durant sa carrière, Jacques a toujours été plus à l’aise au volant de voitures très puissantes comme en témoignent ses deux seuls titres en carrière, en IndyCar et en Formule 1, excusez du peu ! Certes son passage éclair en NASCAR Sprint Cup l’a un peu « discrédité » et sa reconversion en « Road ringer » (spécialiste des courses routières en NASCAR. Ndlr) bien malgré lui commence à lui peser… Obnubilé par l’envie de bien faire et de montrer son talent, Jacques Villeneuve tente parfois des manœuvres osées… Mais n’est-ce pas cela que les gens veulent voir après tout ? Alors oui, Villeneuve anime les courses, pousse certains adversaires, fait des déclarations parfois limites mais son envie et sa hargne font plaisir à voir. »

« Jacques Villeneuve doit-il revenir en NASCAR ? Pour moi la réponse est oui… et pas seulement sur les circuits routiers ! »


Arnaud : « Je pense et j’espère que nous avons assisté au dernier chapitre de la saga de l’ancien champion de F1 qui cherche désespérément à regagner une course depuis 1997 toutes disciplines confondues. Mon premier souvenir de Jacques Villeneuve en NASCAR remonte aux Daytona 500 de 2008, alors qu’il avait déjà roulé en Truck Series en septembre 2007 et en Sprint Cup en octobre. A l’époque j’avoue que j’étais très enthousiaste à cette idée de voir un pilote de ce calibre arriver en NASCAR. J’y voyais également un bon moyen d’attirer de nouveaux fans vers ce sport qui me tient tant à coeur. »

« Résultat ? Rien. Les speedweeks de 2008 ont tourné au désastre et sa saison à plein en Sprint Cup a tourné court. Et depuis ? A chacune de ses tentatives le résultat a été le même : Villeneuve a fait la une des médias, mais pas grâce à ses résultats en piste. De son arrogance à vouloir rouler immédiatement en NASCAR Sprint Cup du fait de son statut d’ancien champion de F1 à sa nonchalance dans le paddock donnant l’image d’un sport qui ne demande pas d’investissement personnel, le Villeneuve version pilote de NASCAR ne m’a pas convaincu et sa prestation de samedi à Montréal n’a fait que confirmer ce point de vue. Qu’un pilote soit mauvais perdant, je peux le comprendre et c’est je pense intrinsèque à ce genre de métier, mais il faut arrêter de rejeter la faute sur les autres et se positionner toujours en victime. Pour finir, sa manœuvre pour empêcher le jeune Allgaier de célébrer sa victoire plus que méritée en dit long sur le personnage qu’est devenu Villeneuve. Dommage… et bonne chance en V8 Supercars. »

Mathieu : « Autant le dire tout de suite, je suis un grand fan de Jacques Villeneuve. En tout cas, du Jacques Villeneuve des débuts, des victoires en IndyCar et des débuts tonitruants en F1. Jacques l’iconoclaste a indéniablement apporté un vent de fraicheur à la F1 lors de ses débuts. Des choix de carrière « originaux » l’ont ensuite éloigné des podiums, mais Villeneuve est resté un esprit libre, disant ce qu’il pense sans ce soucier du qu’en dira-t-on. A l’heure où l’on reproche aux pilotes un certain manque de caractère, il ne faut pas bouder le plaisir d’avoir une personnalité qui n’hésite pas à donner un coup de pied dans la fourmilière.

Son attitude lors de ses courses en Nationwide est conforme au personnage. Villeneuve n’est pas là pour se faire des amis mais pour gagner des courses. Ce n’est sans doute pas pour son accent québécois que Roger Penske l’a engagé. Certes Villeneuve a poussé Tagliani de manière ostensible, mais Alex en avait fait de même lors du restart. Mais même si cette action a marqué les esprits, il ne faut pas oublier la superbe prestation de Jacques Villeneuve pendant toute la course. Brio, agressivité, intelligence… Il aurait amplement mérité la victoire. N’oublions pas pour conclure, que la légende de la NASCAR s’est aussi construite sur les polémiques. La NASCAR a toujours eu besoin de ses bad boys. Alors oui, Jacques Villeneuve mérite indéniablement de revenir en NASCAR. »

Eric : « Je pense que Villeneuve peut avoir sa place en NASCAR, mais il faut qu’il modifie légèrement son comportement. Il est certes performant, en particulier à Montréal, mais sujet à quelques erreurs qui lui coutent cher. Concernant ce qu’il s’est passé à Road America, au lieu de faire le coq il aurait dû s’écraser et s’excuser. Résultat à Montréal : pas de sponsor et
très surement sa dernière course dans la #22, l’une des meilleures voitures du plateau.


A Montréal sa manœuvre est vraiment discutable car il avait les moyens de passer Tagliani plus tard, sa voiture était supérieure à la #30 de Tag’. Mais s’il cherchait une raison à Discount Tire de ne pas apparaître ce week-end je crois qu’il l’a trouvée…. Dommage, il faisait une belle
course et je l’ai même trouvé très sage, en particulier son début de course intelligent et son attente derrière Danica.


C’est dommage, Villeneuve est un bon pilote, mais ses frasques en piste et en dehors lui coutent cher alors qu’il a le talent pour rouler en NASCAR. Peut être que l’année prochaine il sera de retour, mais cela risque d’avoir été sa dernière chance de gagner avec une bonne voiture. »

Sébastien : « Jacques Villeneuve est un pilote que j’ai apprécié dès que je l’ai découvert, à son arrivée en F1, pour la simple et bonne raison qu’il fut le premier à mettre à mal la domination d’un Michael Schumacher qui en a d’ailleurs perdu la raison en 1997, puisque le pilote allemand avait perdu tous ses points au championnat suite à une manœuvre antisportive et dangereuse. Villeneuve a fait un choix étrange juste après son titre en F1 : quitter son équipe pour en rejoindre une nouvelle, dirigée par un de ses amis de longue date. Ce choix, beaucoup ne l’ont pas compris ni accepté, mais, personnellement, je l’ai trouvé courageux, même s’il a ruiné sa carrière. Jacques Villeneuve n’est pas comme les autres, il préfère se faire plaisir avec des gens qu’il apprécie, en dehors des sentiers battus.

En arrivant en NASCAR, il a tenté de suivre la même stratégie que celle qui l’avait conduit à l’échec en F1, c’est-à-dire faire les choses à sa façon, sans rentrer dans un moule, sans suivre le chemin normal et habituel. Le problème est que la NASCAR est très traditionaliste et rares sont les OVNIS qui s’illustrent positivement, d’autant plus s’ils sont étrangers !

Bref, pour conclure, Villeneuve a sans aucun doute le talent pour réussir en NASCAR, probablement même pour être champion, mais il n’a pas la personnalité pour disposer de la confiance des propriétaires (donc pour disposer du matériel performant) et sans un énorme budget pour monter une équipe sérieuse et compétitive, il ne fera jamais plus que des piges par-ci par-là. C’est clairement dommage, c’est certainement un énorme gâchis, mais c’est son choix, et personne ne pourra le changer. »

Kévin : « Absolument que Jacques Villeneuve doit revenir en NASCAR. Certes ses débuts en Sprint Cup étaient prématurés et faits avec une écurie de troisième zone mais le Québécois a toujours démontré une grande faculté d’adaptation dans des voitures puissantes et difficile à piloter. Et peut-on trouver une autre voiture plus dure à piloter qu’une NASCAR actuellement ? Certainement pas.

À Montréal, une fois encore, Villeneuve a le matériel et la vitesse pour s’imposer. Il est dans une voiture compétitive et sait que sa place est menacée. Si vous regardez le résumé de la course, lors du restart donné à 11 tours du but, Alex Tagliani pousse Villeneuve au freinage du virage 1 pour prendre la tête. Cette manœuvre est passée soit inaperçue ou a été considérée comme tout-à-fait régulière par les aficionados de la NASCAR. Pourtant, ce genre de poussette est vicieux et aurait pu provoquer un tout droit du pilote Penske. Encore une fois, mettez-vous à sa place. Villeneuve est en tête à 11 tours du but avec l’une si ce n’est la meilleure voiture du plateau et vient de se faire déposséder de la première par une manœuvre humiliante pour un pilote. Revenu ensuite dans le pare-choc de « Tag », Villeneuve lui a simplement fait comprendre qu’il ne fallait pas jouer à ce jeu là avec lui. Montoya a fait de même sur Scott Pruett qui était son propre coéquipier à Mexico en 2007 et personne ne l’a autant accablé. J’ai le sentiment qu’en ce moment, Villeneuve est l’ennemi public numéro #1 sans raison valable. Honnêtement je ne vois rien de choquant dans cette manœuvre même s’il est vrai que le champion du Monde de F1 1997 aurait pu attendre une autre opportunité pour récupérer la tête. La seule chose que je peux interpréter
dans ces manœuvres « précipitées » et maladroites est que le Québécois doit ressentir la pression de
gagner et doit certainement mal vivre son manque de compétition.


Voilà pourquoi je clame haut et fort : donnez une chance à Villeneuve et faites le rouler plus souvent même sur les ovales ! S’il a réussi à maîtriser les monoplaces d’IndyCar qui développaient alors plus de 800 chevaux avec des appuis réduits au minimum sur les superspeedways, il a évidemment le talent pour maîtriser les voitures de NASCAR ! De plus, en roulant davantage, le Québécois sera plus confiant et cela réduira considérablement les petits accrochages dont il est l’auteur. »

Geoffroy : « Villeneuve a-t-il encore sa place en NASCAR ? Non, non et mille fois non. Arrivé en 2007 avec un melon monstrueux en ne voulant faire que de la Sprint Cup, sous-entendant que les catégories n’étaient ni plus ni moins que de la merde. C’est sûr qu’un pilote s’étant construit un palmarès sur trois ans (Vainqueur de l’Indy 500 1995 et champion du Monde de Formule 1 1997 ce n’est pas donné à tout le monde.) et qui n’a plus rien gagné depuis dix ans doit absolument viser le haut du panier sans passer par la case apprentissage, nécessaire à tout un chacun.

Après avoir ‘essayé’ en 2008 il est rapidement retourné à ses occupations avant de venir taper à la porte de certaines écuries de… Nationwide. Engagé sur les circuits routiers, Jacques Villeneuve brille, il est incontestablement le meilleur pour se tirer une balle dans le pied alors que la victoire lui tend les bras. Certes son talent n’est pas à remettre en cause, mais sa façon d’aborder les courses de NASCAR si. Courses après courses, années après années le Québécois répète inlassablement les mêmes erreurs. Road Atlanta, Montréal ou Watkins Glen, peu importe c’est toujours la même rengaine.

Samedi dernier à Montréal l’attaque de Tagliani était osée, en même temps on était en fin de course et tout le monde jouait la gagne, la vengeance de Villeneuve stupide. Ayant la voiture la plus rapide, il pouvait se limiter à un bump et le prendre au freinage du virage suivant. Finalement c’est Elliott Sadler qui résume le mieux la situation : ‘Jacques Villeneuve ne comprends rien à la NASCAR !’. En délicatesse avec la Penske Racing, l’une des meilleures écuries du plateau, qui voudra de lui à l’avenir ? Personne. À être trop arrogant et sans réel résultant probant il s’est mis tout le monde à dos. Pour les aficionados du Québécois la prochaine étape est le V8 Supercars australien. On parie que cela se terminera également en eau de boudin ? Chiche Jacques ?

Pour vous Jacques Villeneuve mérite-t-il de retrouver un volant en NASCAR ? N’hésitez pas à nous laisser votre avis en bas de cet article ou bien sur le forum.