Revigoré par un excellent résultat lors de la dernière manche à Mid-Ohio où il prît la quatrième place, Sébastien Bourdais abordait la manche de Sonoma avec une confiance décuplée d’autant plus que son écurie avait participé aux tests d’avant-course la semaine précédente.

Ajouté à cela l’arrivée de Michael Cannon chez Dragon Racing pour s’occuper de la voiture de Katherine Legge, tous les voyants étaient au vert pour cette épreuve. Et le moins que l’on puisse dire est que le quadruple champion ChampCar a fait forte impression ! Sixième lors de la première séance d’essais libres puis cinquième dans la seconde, voilà que Bourdais se qualifia à une surprenante troisième place lors du « Firestone Fast Six ». De quoi entrevoir le podium sinon mieux…


Le début de course du Français confirmait le rythme vu lors des essais : loin des monoplaces Penske (Bourdais comme ses adversaires concédait environ sept dixièmes par tour) mais aussi rapide que des pilotes du calibre de Scott Dixon ou Ryan Hunter-Reay. A la mi-course, Bourdais occupait toujours la troisième position mais devait contenir les assauts du champion en titre Dario Franchitti qui avantagé par ses pneus tendres voulait se débarrasser de la monoplace numéro #7. Finalement il n’en fut rien et Bourdais effectua son troisième et dernier arrêt toujours à la troisième position et décida de rechausser des pneus tendres, bien plus adaptés à sa monoplace.

Hélas, dans son tour de sortie, il croisa le chemin de Josef Newgarden, alors relégué à un tour. Etant déjà dans le rythme et ses pneus étant déjà à température, le rookie se dédoubla sur Bourdais au virage 7. Une manoeuvre peu appréciée par le Français qui décidait de récupérer son bien dans les esses. Malheureusement, dans sa manoeuvre, il posa ses roues dans les dépôts de gomme et chargea ses pneus encore froids de « marbles ». La sanction fut immédiate et tandis que Bourdais effectuait un tout-droit, Newgarden arriva à sa hauteur au moment où la monoplace Dragon Racing regagna la piste. Le choc fut inévitable et la voiture de Newgarden partit s’écraser dans le mur de pneus. L’impact fut si violent que le mur en béton a cédé sous le choc et de son côté Bourdais fut contraint à l’abandon la faute à un châssis et à une boîte de vitesse détruits dans l’accident.

Cette erreur de débutant bien que compréhensible (Bourdais voulait à tout prix éviter de perdre du temps avec un retardataire) est fortement décevante pour un pilote de son expérience et surtout dommageable pour l’ex-pilote de Formule Un puisqu’il était sur le point de monter sur son premier podium depuis son retour en IndyCar en 2011 et d’offrir à Dragon Racing le premier podium de son histoire.

« Ce fut un très mauvais choc. Le cockpit est fendu en deux parties et la boîte de vitesse est quasiment venue sur mon épaule. C’est dommage. Je me sens mal parce que premièrement, je ne sais pas ce qui s’est passé, la voiture a refusé de tourner et c’est de ma faute assurément parce que c’est moi qui m’occupe du volant. Je n’ai aucune idée de ce qu’il s’est passé. « , avouait Bourdais une fois sorti du centre médical.

« Tout se passait très bien parce qu’ensuite nous allions terminer la course avec les meilleurs pneus (ndlr : les tendres). Nous avions un train tout neuf. Le problème est que nous étions dans un paquet de retardataires qui se battaient contre nous très dur et je voulais rester devant. J’imagine que j’aurais dû les laisser filer.« 

Désormais, il ne reste à Bourdais plus que la course urbaine de Baltimore pour briller une dernière fois avant de penser à la saison 2013.