Que cette victoire est belle et importante pour Ryan Hunter-Reay ! La semaine dernière à Sonoma, tous ses espoirs semblaient perdus lorsqu’Alex Tagliani manquait son freinage en envoyait le pauvre Américain en tête-à-queue. Aujourd’hui alors qu’il ne reste qu’une épreuve à disputer sur l’Auto Club Speedway, Hunter-Reay est plus que jamais revenu dans la course au titre.

Pour aller chercher son quatrième succès de la saison, Hunter-Reay a dû sortir la palette du futur champion. Tantôt agressif dans le trafic, tantôt prudent, faisant usage d’une stratégie parfaite dictée par Michael Andretti, l’actuel deuxième du championnat est parvenu à remonter de sa 10ème position sur la grille jusqu’à la tête de course lorsque la pluie se mit à tomber au 18ème tour pendant la deuxième neutralisation provoquée par une poussette d’Helio Castroneves sur Bruno Junqueira et de J.R. Hildebrand sur Mike Conway. Pendant que Will Power alors en tête suivi par Sébastien Bourdais et Scott Dixon décidaient de rentrer aux stands pour monter des pneus pluies, lui ainsi que son coéquipier James Hinchcliffe restèrent en piste, leur équipe pariant sur une pluie passagère et sur de nouvelles neutralisations.


Ce choix stratégique fut parfait et comme l’avait prévu l’écurie Andretti Autosport, d’autres drapeaux jaunes succédèrent à celui-ci et la pluie cessa finalement au 22ème tour. Grâce à cette décision, Hunter-Reay pu passer le reste de la course dans le top-3 et après qu’il se soit arrêté pour son dernier arrêt au 53ème tour, il ressortait en deuxième position derrière Briscoe qui tentait lui un pari en effectuant un arrêt de moins que ses adversaires et devant un excellent Simon Pagenaud qui mena même 14 tours plus tôt dans la course.

La fin de l’épreuve laissait augurer d’une bagarre entre Hunter-Reay et Briscoe quand une nouvelle sortie du Pace Car regroupa toute la meute suite à la casse du moteur Honda de Charlie Kimball à dix tours du but.

Lors du restart, Hunter-Reay et Pagenaud ont été plus prompts que Briscoe à accélérer à l’agitation du drapeau vert et le Français manqua de peu de récupérer la tête entre le virage 1 et 2. Finalement la course fut une nouvelle fois interrompue suite à une sortie de piste dans le mur de pneus de Mike Conway qui prit au piège quatre autres pilotes dont Marco Andretti, Graham Rahal, Justin Wilson et Hinchcliffe.

Le Pace Car s’est effacé alors qu’il ne restait que deux tours à parcourir et Hunter-Reay contrôla parfaitement sa relance tandis que Briscoe prit l’avantage sur Pagenaud. Derrière dans le peloton, Power se fit déposséder de sa cinquième position par un Rubens Barrichello opiniâtre et sans complexe au freinage de l’épingle.

Au final, Hunter-Reay a donc remporté cette épreuve perturbée par neuf neutralisations, un nombre peu commun ces derniers temps. Grâce à sa victoire, il ne pointe plus désormais qu’à 17 points de Power au championnat. En troisième position, Pagenaud complète le podium après être passé près de la victoire. Néanmoins, il pourra se satisfaire d’avoir effectué le plus beau dépassement de la course lorsqu’il prit la tête au 36ème tour lors d’un restart en passant de la sixième position à la première en une ligne droite. Une manoeuvre à faire faire pâlir le spécialiste des restarts Tony Kanaan.

Du côté du leader du championnat, Power a quant à lui terminé à la sixième position après avoir mené 22 tours (il est celui qui a le plus mené) et piloté de manière intelligente. Pris au piège par la pluie et par une stratégie conservatrice (Tim Cindric l’a fait rentrer au moment où la pluie tombait pour monter des pneus pluie), l’Australien a préféré assurer dans le peloton pour marquer de précieux points face à Hunter-Reay.

Désormais seul ces deux hommes peuvent prétendre au titre de champion IndyCar 2012 et pour la septième année consécutive, tout se jouera lors de la finale de la saison. De quoi offrir une fin de saison parfaite à l’IndyCar puisqu’elle couronnera son champion au terme d’une épreuve de 500 Miles qui devrait nous offrir son lot de suspens et de tension.