Après l’annonce du retrait de Dodge de la NASCAR à l’issue de la saison 2012, Brad Keselowski est la seule chance de faire triompher la marque au bélier dans la division reine. Le pilote de la Penske Racing a remporté les GEICO 400 sur le Chicagoland Speedway et s’empare ainsi de la tête du championnat.

La première épreuve du Chase version 2012 se résume à un duel entre Jimmie Johnson et Brad Keselowski. Si le premier a mené le plus grand nombre de tours avec 172 c’est le second qui n’en a mené « que » 76 qui termine sur la Victory Lane. Le pilote de la Dodge n°2 mieux géré le dernier arrêt ravitaillement pour ressortir devant son ancien coéquipier de la Hendrick Motorsports avant de s’imposer avec 3,171 secondes d’avance sur Johnson.


Grâce à ce succès Keselowski s’empare de la tête du classement général avec trois longueurs d’avance sur Johnson. Kasey Khane prend la troisième place devant deux des frustrés de la saison régulière, Kyle Busch et Ryan Newman.

Le top-10 de cette vingt-septième manche de la saison est complété par Tony Stewart, Joey Logano, Dale Earnhardt Jr., Martin Truex Jr. et Clint Bowyer.

Parti pour un top-5, Denny Hamlin est tombé en panne d’essence dans le dernier tour de l’épreuve ne se classant finalement que seizième, abandonnant du même coup des points précieux dans l’optique du titre en fin de saison. Le pilote de la Joe Gibbs Racing n’est pas le seul à faire une mauvaise opération dès l’ouverture du Chase.

Jamais dans le coup tout au long du week-end Kevin Harvick se classe douzième, mais semble à des années lumières du niveau qu’était le sien ces dernières années lorsqu’il s’est classé troisième du championnat. Greg Biffle est treizième.

Matt Kenseth ne démarre pas de la meilleure des façons qu’il soit avec une dix-huitième place à un tour suite a un problème mécanique survenu dans la seconde moitié de course. Le grand perdant se nomme Jeff Gordon. Le quadruple champion de la Hendrick Motorsports a vu son accélérateur se bloquer alors qu’il était dans le top-5, résultat il a tiré tout droit et c’est le mur qui a accueilli la Chevrolet n°24.

Le pilote Hendrick sera à l’origine de la quatrième et dernière neutralisation de la course. S’il est reparti quelques instants il a dû se résoudre à l’abandon. Trente-cinquième il n’a désormais plus le droit à la moindre erreur s’il veut accrocher un cinquième titre de champion.