Ander Vilarino se présentera en leader sur ses terres, mais rencontrera une forte opposition de ses rivaux Romain Thiévin et Javier Villa. Les playoffs sont lancés, et bien malin celui qui peut aujourd’hui prédire le dénouement du scénario !

L’évolution du classement Elite diffère en tous points de la division Open. Si dans cette dernière, la régularité est primordiale, il faut ici savoir l’allier à la performance. Ander Vilarino (#2 TFT-Banco Santander) a été l’illustration parfaite de ce constat, puisque depuis la première manche à Nogaro (France), l’Espagnol s’est, à une exception près, toujours classé dans le top 3. En huit courses, il a en effet enregistré les points de la victoire à cinq reprises et par deux fois ceux de la 2e place. Ses statistiques lui permettent aujourd’hui de bénéficier d’une avance de 34 points sur Romain Thiévin (#99 Still Racing-Exotics Racing), et de 46 sur Javier Villa (#64 Gonneau Racing).


Le Français et l’Espagnol, par leur assiduité aux avant-postes, sont perçus comme les deux autres sérieux prétendants à la succession d’Eric Hélary. Romain Thiévin, vice-champion 2011, a en effet signé une pole position à Brands Hatch et terminé six fois dans le top 3. La victoire s’est néanmoins toujours refusée à lui. Au contraire de Javier Villa, qui s’est invité sur la plus haute marche au terme de la course Endurance du Brands Hatch 200, devenant le premier pilote à faire plier Ander Vilarino en 2012. Malheureusement, dès Spa, des performances de tout première ordre, malgré un transfert du team TFT au Gonneau Racing, ont été accompagnées de malchance, mais il domine le Junior.

Ce trio ne doit cependant pas être considéré comme le podium final du championnat, car mathématiquement, les deux dernières manches apporteront leur lot de surprises. Romain Iannetta (#25 Orhès Compétition), par exemple, s’il accuse 79 points de retard à la 9e place, a eu le privilège de figurer dans le cercle très restreint des vainqueurs. Quant à Dimitri Enjalbert (#33 OverDrive), grâce à deux podiums et six top 10, il figure au 4e rang, à seulement 7 points de Javier Villa !

La composition du top 5 est également loin d’être définitive, car Antoine Lioen (#05 Rapido Racing) n’accuse que 3 points de retard sur Enjalbert. En huit courses, il s’est invité par six fois dans le top 10, dont quatre dans le top 5. Romain Fournillier (#11 OverDrive-McDonald’s), révélation de Tours Speedway (pole position et 50 tours menés lors du Michelin 100), a pour sa part décroché 7 top 10 mais n’a occupé le top 5 qu’à une reprise. Il est actuellement classé 6e, à 3 points de Lioen. Suivent Wilfried Boucenna (#17 Pole Position 81), Freddy Nordström (#44 Orhès Compétition), Romain Iannetta et Carole Perrin (#42 Autosport 42), lesquelles talonnent le leader de respectivement 68, 73, 79 et 82 points. Bruno Cosin, enfin, mène le Challenger Trophy au 12e rang.