Visite de paddock, rencontre avec les pilotes, course suivie depuis une loge à l’invitation de NASCAR… Eric Hélary ne pouvait rêver meilleures conditions pour découvrir le firmament que représente la NASCAR Sprint Cup. A l’issue du Sylvania 300, remporté par Denny Hamlin au volant de la Toyota #11 du Joe Gibbs Racing, il était enthousiasmé. « C’était juste génial, » s’est-il exclamé au soir de cette fabuleuse expérience, au cours de laquelle il a pu suivre l’évolution de son crew chief, Mike Olsen, engagé sur la Ford Fusion #32 du FAS Lane Racing. « Pour vivre la course de l’intérieur, ils proposent des appareils pour écouter les spotters et les crew chiefs, et sur lesquels ils diffusent des images des différents concurrents… On ne peut rien rater de l’action! »


Malgré plus de trente ans de carrière en sport automobile, dont plusieurs participations à des épreuves sur le sol américain, il n’avait jamais observé de telles méthodes de travail. Une nécessité lorsqu’on enchaîne 36 courses dans la saison ! 3On se rend compte qu’ils font ça à longueur d’année, » constate-t-il. Les mécaniciens ne tâtonnent pas, chacun connaît sa tâche. Et ils se débrouillent comme ils peuvent pour terminer le travail, car à 17 heures les garages sont fermés… J’ai rarement vu une telle rigueur. »

Enfin, comme tout passionné de sport automobile qui pénètre pour la première fois dans l’enceinte d’un speedway, Eric Hélary a été frappé par l’ambiance, aussi bien au sein des teams que dans la foule des 150 000 spectateurs massés dans les tribunes. « L’atmosphère qui règne dans les garages est ahurissant, pour nous, spectateurs européens. C’est la guerre sur la piste, mais c’est convivial en dehors. Les équipes sont installés les unes à côté des autres, les pilotes d’une même structure ne sont pas réunies, et il n’y a aucune séparations entre eux. Personne ne cherche à dissimuler ses réglages… C’est presque surréaliste, » plaisante-t-il.

Ainsi s’est achevé l’immersion du champion 2011 d’EURO-RACECAR, déçu de sa non-qualification en NASCAR K&N Pro Series East au sein d’un plateau particulièrement relevé, mais enthousiasmé par l’expérience vécue tout au long de la semaine. Dès son retour en Europe, la parenthèse – provisoirement – refermée, il retrouvera son costume de team-manager du Still Racing et prendra la direction de l’Espagne, de Valencia en particulier, où se dérouleront, du 28 au 30 septembre, les demi-finales de l’EURO-RACECAR NASCAR Touring Series !