Les trois premiers du classement général des NASCAR Sprint Cup Series sont les mêmes après l’épreuve de Charlotte qu’avant, toujours dans le même ordre, mais avec un écart on ne peut plus resserré.

Au cours des Bank of America 500 sur le Charlotte Motor Speedway le leader du championnat, Brad Keselowski a montré sa vulnérabilité, regonflant ainsi le moral de ses adversaires, si tant est qu’il y en ait eu besoin.


Certes Jeff Gordon a connu un coup d’arrêt avec sa pénalité pour excès de vitesse dans les stands et sa dix-huitième place qui en a résultat. Le champion en titre, Tony Stewart a rencontré des problèmes de tenue de route et a ainsi certainement perdu toute chance de conserver son titre, mais le plus grand perdant est bien Keselowski suite à une erreur de calcul de sa consommation de carburant.

Keselowski s’est en effet arrêté un tour trop tard et a perdu de nombreuses secondes le temps de relancer le moteur. La veille en Nationwide le pilote de la Penske Racing a connu la même mésaventure.

Les positions perdues dans les stands n’ont pu être récupérées sur la piste dans les derniers tours. Cependant, il ne perd des points que sur cinq pilotes, notamment Clint Bowyer qui lui reprend douze unités.

Clint Bowyer justement, il suit la même trajectoire que Johnson en 2006 lorsque celui-ci avait remporté son premier titre en carrière. Le quintuple champion avait alors effacé un déficit de 156 points sur Jeff Burton après quatre courses.

Si l’on compare avec le système actuel cela reviendrait aux quarante unités de débours que comptait Bowyer avant l’épreuve de Charlotte.