En refusant d’abandonner la tête de l’épreuve lors de l’avant-dernière relance Brad Keselowski a montré à quel point il fallait tout donner pour battre Jimmie Johnson, ce dernier réussissant à passer puis à s’imposer lors de la dernière relance.

Brad Keselowski : « J’ai eu de la chance de survivre à celui-là. »

En forçant Jimmie Johnson a aller dans les marbles Brad Keselowski était, tout comme son adversaire, à la limite des capacités de sa voiture, de l’accident aussi.


Brad Keselowski : « J’ai adoré cette course. J’espère que certaines personnes dans les tribunes aussi. J’ai entendu qu’ils étaient assez excités. »

L’atmosphère était électrique. Porté par ses fans et les anti-Johnson Keselowski a tout tenté, en vain. Cette bataille a offert l’une des courses les plus intenses vues sur un ovale d’un mile et demi de ces dernières années.

Cependant, Brad Keselowski compte sept points de retard sur Jimmie Johnson à deux courses du but. Si Phoenix et Homestead sont des pistes plus favorables au pilote Hendrick qu’à son rival de la Penske ce dernier a montré ces dernières semaines que la lutte pour le titre le transcendait lui permettant d’obtenir des résultats que ses détracteurs pourraient qualifier d’inespérés, comme à Dover où il n’avait pas le moindre top-10 avant l’épreuve du Chase qu’il a terminée… sur la Victory Lane.

Phoenix sera le théâtre de l’avant-dernière épreuve de la saison. Johnson a une place moyenne à l’arrivée de 5,3 alors que Keselowski est loin derrière avec 22,2. Cependant, la configuration de la piste a changé entre les deux épreuves de la saison dernière. Lors des deux courses sur cette nouvelle piste la situation est plus équilibrée avec une quatorzième et une quatrième place pour Johnson contre une dix-huitième et une cinquième pur Keselowski.

S’il gagne les deux dernières courses de la saison sans que Johnson ne mène le plus grand nombre de tours Keselowski sera sacré champion, mais le pilote Penske ne s’intéresse pas aux calculs.

Brad Keselowski : « Nous continuons de contrôler notre destin. Je ne fais pas des mathématiques. Nous devrons probablement en gagner une sur les deux. »

Par le passé Johnson et son chef d’équipe, Chad Knaus, ont démontré qu’ils étaient capable de remporter un championnat dans n’importe quelle situation. Si Keselowski ne pense pas à la victoire tant à Phoenix qu’à Homestead il lui sera compliqué de devenir le second pilote après Bobby Labonte à être sacré tant en Nationwide qu’en Sprint Cup.