Après les 500 Miles d’Indianapolis, Will Power apparait clairement comme le grand favori de cette saison 2012. Malgré un accroc lors de l’Indy 500, l’Australien occupe toujours la tête du championnat et possède 36 points d’avance sur Helio Castroneves et James Hinchcliffe. A ce moment l’on se demande qui pourra empêcher le pilote Penske de décrocher son premier titre de champion.

Juin 2012 :

  • Débarrassée du famélique V6 Lotus au profit d’un Chevrolet depuis Indianapolis, Dragon Racing doit désormais se contenter d’engager une seule voiture. Katherine Legge disputera les courses ovales tandis que Sébastien Bourdais sera à l’œuvre sur les routiers.

  • © IndyCar Series / LAT USA
  • A Detroit sur le territoire de Chevrolet c’est un moteur Honda qui réalise la Pole Position grâce à un Scott Dixon magistral qui signe la première Pole d’une voiture non-Penske.
  • Ce que l’on retiendra de cette course outre le magnifique doublé de Chip Ganassi Racing avec dans l’ordre Dixon devant Dario Franchitti, c’est l’incroyable raté des organisateurs. En effet après 35 tours de course, des morceaux de revêtements se trouvaient arrachés ce qui conduit les officiels à interrompre la course. Au championnat, Dixon remonte à la deuxième position à 26 points de Power dont la suprématie commence à faiblir.
  • A Detroit, le conflit entre les patrons d’écurie et l’INDYCAR représentée par Randy Bernard prend une autre tournure. Au-delà des accusations de favoritisme envers Honda, les patrons d’écuries se plaignent des coûts exorbitants de la nouvelle voiture et d’un nombre trop importants d’amendes. Visiblement certains n’ont pas compris que Bernard travaille pour l’intérêt collectif et voilà son poste sérieusement menacé.
  • Les propriétaires d’écuries se font entendre ces derniers jours et les voilà désormais contre l’introduction des kits aéro en 2013 après avoir déjà repoussé leur arrivée l’année dernière.
  • Les Firestone 550K marquent le retour de l’IndyCar sur une piste d’1,5 mile après l’accident qui coûta la vie à Dan Wheldon. Pour le plus grand bonheur de tous, la course fut superbe grâce au fantastique travail de l’INDYCAR qui a rendu ses lettres de noblesse au pilotage sur ovale. Dans cet exercice particulier, c’est un spécialiste des « routiers », Justin Wilson qui s’impose et offre sa seconde victoire à Dale Coyne Racing ! Will Power est le grand bénéficiaire de cette course puisqu’avec sa huitième place, il conforte sa place de leader et porte son avance à 36 points sur Dixon qui dut abandonner suite à un tête-à-queue.
  • Au lendemain de cette épreuve, tout le monde est unanime : les courses en paquets sont bel et bien terminées et le pilotage sur ovale est de retour ! Au prix d’un énorme travail de développement et d’essais, l’INDYCAR a réussi à rendre la Dallara DW12 compétitive sur ce genre de pistes et les pilotes sont aux anges, tout comme les spectateurs.
  • A Milwaukee, Dario Franchitti tient à démontrer qu’il est définitivement revenu à son meilleur niveau. En atteste sa Pole Position qui lui permet de devancer Ryan Hunter-Reay.
  • Malheureusement pour l’Ecossais, un tête-à-queue suivi d’un contact avec le mur met fin à sa bonne prestation et c’est Hunter-Reay qui récupère le commandement puis la victoire, sa première de la saison, sa première depuis Loudon 2010. Pour l’Américain, c’est le début de sa « success-story ».
  • En prévision de la course sur l’Iowa Speedway, l’INDYCAR définit un angle maximum à ne pas dépasser sur l’aileron arrière. Preuve si besoin est que l’INDYCAR veut définitivement tirer un trait sur les courses en paquets de l’IRL qui à l’inverse imposait un niveau minimum d’appui pour garantir des courses serrées.
  • Une semaine après Milwaukee, Dario Franchitti se met une nouvelle fois en évidence en qualifications sur l’Iowa Speedway en s’adjugeant la Pole Position au termes des courses courtes qui furent l’originalité de ce week-end. Indéniablement, le quadruple champion IndyCar prouve avoir enfin trouvé le mode d’emploi de sa Dallara-Honda après une première moitié de saison à oublier.
  • Mais une fois encore le sort s’acharne sur l’Ecossais qui doit mettre pied à terre la faute à une casse moteur. La victoire revient à Ryan Hunter-Reay qui signe son deuxième succès de rang devant son coéquipier Marco Andretti, victorieux ici en 2011 et qui signe son premier podium de l’année. Au championnat Hunter-Reay fait la bonne opération en profitant de l’abandon de Will Power et revient à trois petits points de l’Australien. Le suspens est relancé dans la course au titre !
  • Coucou le revoilà ! Il s’agit du Push to Pass remis en service uniquement sur les circuits routiers/urbains afin d’améliorer un spectacle déjà bien meilleur qu’en 2011.

Juillet 2012 :

  • A Toronto Dario Franchitti s’adjuge sa 29ème Pole en carrière et la troisième de rang ! Le pilote Chip Ganassi Racing démontre avoir retrouvé sa pointe de vitesse également sur les circuits routiers. Reste à confirmer en course.
  • Si le poleman est identique depuis trois épreuves, il en est de même pour la vainqueur puisque Ryan Hunter-Reay déchaîné en cette période estivale décroche une troisième victoire consécutive et prend par la même occasion la tête du championnat pour la première fois de l’année ! Et dire qu’avant Milwaukee, le pilote américain pointait au 7ème rang à 75 points de Power. A ce moment l’on se prend à rêver d’un champion américain…
  • Du côté de son patron, Michael Andretti, il ne fait aucun doute que son pilote a tous les atouts pour décrocher la couronne. Une récompense qui serait bien mérité au vu du parcours chaotique d’Hunter-Reay.
  • L’idée d’un premier champion américain dans une série unifiée depuis Al Unser Jr. en 1994 fait tourner les têtes et surtout offre une promotion inespérée à l’IndyCar.
  • Alors qu’elle était censée égaler les performances des monoplaces du CART de la fin des années 90, la DW12 ne s’est pas montré à la hauteur de nos espérances. Finalement il aura fallu attendre Edmonton pour qu’elle s’affirme enfin comme un véritable progrès face à l’ancienne IR07.
  • La confiance est de mise dans le clan de Ryan Hunter-Reay et le pilote Andretti Autosport le prouve en réalisant la Pole Position sur l’aéroport d’Edmonton ce qui lui permet d’accentuer son avance au championnat à 35 points avant la course.
  • Mais c’était sans compter sur l’opiniâtreté de son rival pour le titre. S’élançant 17ème après avoir écopé de 10 places de pénalité suite à un changement de moteur, Will Power effectue un véritable récital pour finalement couper la ligne en troisième position. De son côté Hunter-Reay ne fait pas mieux que septième et voit son avance réduite à 23 points. Autre grand animateur de la course, le vainqueur qui se nomme Helio Castroneves et qui prend sa revanche sur 2011.

Août 2012 :

  • Peu avant la course de Mid-Ohio, l’écurie Ganassi Racing annonce la non-reconduction de Graham Rahal pour 2013. Jamais vraiment à son aise dans cette écurie, Rahal devra donc se refaire une réputation ailleurs. Bonne nouvelle pour lui, ses sponsors le suivront.

  • © IndyCar Series / LAT Photography
  • Il ne s’était plus élancé depuis la Pole Position depuis le mois d’avril. Mais à Mid-Ohio, Will Power retrouve les sommets en qualification. Encore une fois l’auteur d’un tour incroyable, l’Australien arrache la Pole ainsi qu’un point bonus important et se place comme l’homme à battre.
  • En IndyCar, le résultat des qualifications ne reflète pas toujours la hiérarchie de la course. Preuve en est avec la magnifique victoire de Scott Dixon qui coiffe Will Power au gré des arrêts aux stands. Auteur d’un tour de sortie exceptionnel le voyant infliger trois secondes à son adversaire du jour, Dixon remporte une quatrième victoire à Mid-Ohio et se relance dans la course au titre. Au championnat, Power reprend les commandes suite à l’abandon de Ryan Hunter-Reay sur problème moteur. Dixon revient à la quatrième place à 28 points du pilote Penske.
  • Outre la bagarre pour la tête de course, la course de Mid-Ohio a permis aux Français de briller comme en attestent les troisième et quatrième places respectives de Simon Pagenaud et Sébastien Bourdais.
  • Michael Cannon surprend tout le monde en faisant ses valises. Au revoir Ed Carpenter Racing et bonjour Dragon Racing où il travaillera aux côtés de Katherine Legge.
  • Le championnat s’installe en Californie sur le très vallonné circuit de Sonoma où la technique des pilotes fait merveille. Dans l’exercice des qualifications, Will Power fait des merveilles en signant sa 28ème Pole en carrière. Il met sous l’éteignoir tous ses adversaires pour le titre : Scott Dixon partira cinquième mais accuse une seconde de retard tandis que Ryan Hunter-Reay a réalisé le septième chrono.
  • En course la victoire semble acquise pour Power. Malheureusement, une neutralisation favorable à son coéquipier Ryan Briscoe le prive de victoire. Roger Penske ne souhaite pas appliquer de consignes d’écurie et Power observe son compatriote décrocher son premier succès de la saison. Néanmoins, il fait la bonne opération du week-end après que Ryan Hunter-Reay a été envoyé en tête-à-queue par Alex Tagliani. Power compte désormais 36 points d’avance et le titre semble enfin s’offrir à lui.
  • A Sonoma Sébastien Bourdais s’est fait remarquer à la fois par une surprenante pointe de vitesse mais aussi par son effroyable accident avec Josef Newgarden. L’impact fut si violent que la monocoque du Français s’est fendue.
  • Avec le doublé Penske, Chevrolet décroche en avance le titre de champion des motoristes. Pour son retour, le motoriste de Detroit inflige une sévère correction à Honda malgré l’histoire du « Turbogate ».
  • Pour la troisième année consécutive, Will Power est dans la course au titre. Cette année, il apparaît clairement comme le grand favori et à ce moment, il apparaît évident que son premier titre de champion est tout proche. Pourtant, les statistiques ne lui sont pas favorables… Alors qui croire ?
  • La collaboration entre Dragon Racing et Sébastien Bourdais continuera en 2013. Leur niveau de performance laisse augurer de beaux espoirs et pour la première fois depuis ses années ChampCar, le Français passera l’hiver sereinement en pensant à son avenir.

Septembre 2012 :

  • Pour l’avant-dernière course de la saison, Will Power entend bien écraser la concurrence. En qualifications, il réalise une nouvelle Pole et assomme son rival pour le titre Ryan Hunter-Reay qui n’a pu faire mieux que 13ème.
  • Cette saison est décidément complètement folle et indécise puisque disputée dans des conditions météorologiques changeantes, c’est Ryan Hunter-Reay qui s’impose bien aidé par une stratégie parfaitement sentie de Michael Andretti. Will Power limite les dégâts en terminant sixième. Avant la dernière course, les deux hommes sont séparés par 17 points et il suffira à Power de marquer à la culotte son rival américain pour enfin décrocher ce titre de champion qui lui échappe depuis deux ans.
  • La dernière course de la saison nous emmène à Fontana pour le retour de cet ovale au calendrier. Comble du bonheur, l’épreuve est longue de 500 Miles et décidera de l’attribution du titre. En qualifications, Marco Andretti décroche sa deuxième Pole en carrière tandis que les deux rivaux pour le titre sont en deça des attentes : Will Power partira 13ème et Ryan Hunter-Reay devra se montrer prudent depuis sa 22ème place sur la grille, la faute à un changement de moteur.
  • Convoité par le Team Penske, Hunter-Reay décide finalement de prolonger au sein d’Andretti Autosport et invoque l’aide de Michael Andretti lors de sa traversée du désert comme facteur décisif de sa prise de décision. Lorsque la loyauté prime sur l’appel des sirènes. Sera-t-il récompensé par cette décision ?
  • Le retour de Fontana est un véritable succès ! La course offre de superbes bagarres pour la tête ainsi qu’un affrontement direct entre les deux prétendants au titre. Encouragé par son écurie et alors qu’il collait aux basques de Ryan Hunter-Reay, le pilote Penske décide d’attaquer son rival au virage 1 et finit sa course dans le mur. Hunter-Reay termine la course à la quatrième place d’une course remportée par Ed Carpenter et décroche le titre de champion IndyCar 2012 ! Il devient le premier champion américain d’une série « Indy » unifiée depuis Al Unser Jr. en 1994.

  • © IndyCar Series / LAT USA
  • Outre les célébrations des nouveau champions, HVM Racing se félicite elle aussi de mettre fin à sa collaboration d’avec Lotus. Désormais tout porte à croire que le motoriste britannique ne sera pas de la partie en 2013.

Octobre 2012 :

Novembre 2012 :

  • En 2013, la hiérarchie entre Honda et Chevrolet pourrait être chamboulée. En effet, l’INDYCAR autorise de nouveaux développements et retouche la règlementation moteurs.
  • Partant de l’écurie Ganassi Racing, Graham Rahal rejoint l’écurie de son père, Bobby, pour laquelle il avait disputée l’Indy 500 2010. Voilà qui devrait lui permettre de reprendre confiance et de s’affirmer comme l’une des stars de la discipline en 2013.
  • Le remplaçant de Randy Bernard à la tête de l’INDYCAR est connu. Il s’agit de Jeff Belskus, déjà Président par intérim après la démission de Tony George en 2009. Sa mission sera de poursuivre le travail de redressement de la discipline qu’avait entamé et en partie réussie Randy Bernard.

La page se ferme donc sur une édition 2012 en tout point exceptionnelle. La Dallara DW12 a réussi ce que beaucoup pensait impossible, améliorer le spectacle sur l’ensemble des circuits et cerise sur le gâteau, un Américain est sur le toit du championnat alors qu’il faillit tirer un trait sur sa carrière de pilote d’IndyCar deux ans auparavant. Désormais, il reste à Jeff Belskus et ses hommes à maintenir l’unité entre les patrons d’écurie et de gérer l’arrivée des kits aérodynamiques aussi bien que celles des motoristes. Même si la direction de l’INDYCAR a changé, la vision de la série est belle et bien celle définie par Randy Bernard. Soyons donc rassurés, l’IndyCar va nous offrir un spectacle tout aussi beau en 2013 !