Le fameux 56ème stand, celui réservé aux voitures présentant des évolutions techniques et technologiques préfigurant l’automobile de demain, a été confié à GreenGT H2, le premier prototype hybride Electrique/Hydrogène (H2) engagé en compétition. Toute l’équipe technique associée à ce projet aura à coeur de réaliser le double tour d’horloge mancelle à l’occasion de l’édition 2013 des 24 Heures Du Mans.

Qui sont les personnes à l’origine de cette voiture ? Cinq personnes constituent l’équipe de GreenGT : Jean-François Weber, Christophe Schwartz, Stanislas de Sadeleer, Jean-Michel Bouresche et Chris Ricard. Les trois premiers nommés sont les fondateurs de GreenGT alors que le quatrième nommé a fondé le JMB Racing.

GreenGT conçoit depuis quelques années des prototypes à pile à combustible, technologie permettant une plus grande puissance et autonomie que les classiques batteries Lithium/Ion. Les groupes propulseurs ont notamment été utilisés pour la motorisation du concept Citroën Survolt. Après le développement en 2011 d’une pile à combustible de 100 kW pour un véhicule routier ou sportif, GreenGT s’est lancé dans la construction d’une pile d’une puissance de 340 kW soit l’équivalent de 460 chevaux.

Côté technique, les deux moteurs portent la puissance à 400 kW soit 540 CV pour un couple maximum de 4.000 nM à 13.500 tours. Afin de répondre aux normes FIA/ACO, un châssis spécifique a été conçu. En termes de consommation, la bête oxyde 12,5 kg d’H2 par heure, soit 36 litres d’essence.


Parmi les points forts de ce projet, aucun rejet ou émission de gaz n’est générée. Une pile à combustible, est un système permettant la production d’énergie à partir d’Hydrogène et d’Oxygène. Il en résulte de l’énergie sous forme d’électricité et de chaleur ainsi que de l’eau, utilisée pour la production d’Hydrogène.

Le moteur de la GreenGT est plus fiable qu’un moteur thermique classique, simplement par le nombre de pièces mécaniques 5 fois moins important. Pour le moment la vitesse de pointe affichée est d’environ 300 km/h ainsi qu’une autonomie de 40 minutes. Les objectifs 2013 sont de pousser l’autonomie à 1 heure et de passer sous la barre des 1.000 kg (900 kg pour une Audi R18 e-tron Quattro) et des 4′ au tour au Mans.

L’un des soucis actuels de l’équipe de conception est de diminuer la taille de la boite à air. En effet, la motorisation embarquée nécessite un refroidissement plus important qu’un moteur classique. Une température de fonctionnement plus élevée de la pile à combustible permettra de réduire la taille de la prise d’air.

Ci-dessous une vidéo réalisée lors d’un essai du moteur, découvrez ainsi sa sonorité :



Dans le cadre de sa préparation pour l’épreuve du Mans, la GreenGT devrait être alignée lors des 6 Heures de Spa-Francorchamps.

Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site internet du projet GreenGT H2.