Dans les 10 prochains jours, Trevor Knowles, le Directeur du développement moteurs de l’INDYCAR fera une visite dans les ateliers de Honda Performance Development en Californie et d’Ilmor Engineering en Grande-Bretagne afin de vérifier les travaux des deux motoristes cet hiver en vue de la deuxième homologation de leurs V6.

Les pièces citées ci-dessous feront office de référence durant toute la saison 2013 et toutes les pièces utilisées au-cours de l’année devront être identiques à celles prélevées par l’INDYCAR. La date à laquelle les motoristes doivent soumettre leur matériel à l’homologation des officiels est neuf semaines avant le premier week-end de course soit le 20 janvier. La date fatidique approche et dans les ateliers, tout le personnel de Honda et Chevrolet travaille d’arrache-pied afin de rendre la meilleure copie possible avant les premiers essais privés.


« Les pièces standard définies selon la règlementation technique d’avant 2012 seront toujours identiques. L’injection directe (combinée à l’utilisation de l’éthanol E85) étant nouvelle en 2012, le système d’alimentation en carburant peut être revu tous les ans selon ce qu’ils découvrent après quelques années d’utilisation avant d’ensuite être validé pour un cycle de deux années.« , explique Knowles.

« Aussi le vilebrequin et les pistons ainsi que l’échappement peuvent être soumis à une nouvelle homologation tous les ans. Des changements sont généralement effectués pour améliorer la fiabilité.« 

Les motoristes ont demandé des limites à la règlementation, pourtant, il reste un certain nombre de domaines dans lesquels ils peuvent travailler librement. Ainsi les motoristes peuvent demander des modifications plus poussées dans la conception du moteur ainsi que sur l’ECU fourni par McLaren si ils prouvent que ces éléments sont une faiblesse importante dans la fiabilité de leur produit. Aussi, ces demandes de modification sont soumises à l’INDYCAR ainsi qu’aux autres motoristes.

Enfin un dernier cas autorise un motoriste à mettre à jour son produit. S’il accuse un déficit de puissance d’au moins 4% par rapport à ses adversaires, il a le droit de redessiner son produit et d’en proposer une version revue et corrigée à partir de la mi-saison afin de refaire son retard. En revanche, les retouches ne seront autorisées que sur les nouveaux blocs qui n’ont pas encore été utilisés en piste.

La compétition entre les motoristes est revenue en 2012 après une période longue de six années durant laquelle, Honda a régné en maître sur l’IndyCar. Et dès la première année de concurrence, les Japonais ont dû s’incliner face à Chevrolet qui a été couronné champion avant même la fin du championnat.

Le règlement actuel fera référence jusqu’en 2016.

Liste des pièces à fournir à l’INDYCAR :

  • Culasse droite et gauche avec les soupapes, les poussoirs de soupape, les roulements de came, et les arbres à cames. Ces composants doivent être montés avec des ressorts plus souples que ceux utilisés en piste afin de permettre des mesures d’angle rapide.
  • Un cylindre complet et son carter d’huile
  • La boîte à air
  • Le compresseur avec les conduites d’entrée et sorties d’air
  • Un modèle de chaque injecteur direct et indirect