C’est finalement Joey Logano qui a remporté la bataille de Richmond au terme d’une fin de course épique qui a vu une bataille à quatre dans les derniers tours entre Logano, Jeff Gordon, Brad Keselowski et Matt Kenseth. Le pilote du Team Penske remporte ainsi sa seconde course de la saison et s’assure d’une place en playoffs.

Après Kevin Harvick il y a deux semaines à Darlington, c’est >Joey Logano qui a décroché sa seconde victoire de la saison décrochant son ticket pour les playoffs à condition de ne pas sortir du top-30 au championnat et de ne pas manquer de course.

« C’est l’une de mes pires pistes », a déclaré le vainqueur de la course sur la Victory Lane. « J’avais l’une des meilleures voitures. C’était une sacré course et c’est sympa d’être ici sur la Victory Lane. C’est important d’avoir remporté deux courses déjà cette année. »




Avant les Toyota Owners 400 de ce samedi soir, Joey Logano n’avait jamais mené le moindre tour en NASCAR Sprint Cup sur le Richmond International Raceway. Le pilote du Team Penske s’impose ainsi pour la cinquième fois de sa carrière, sur une cinquième piste différente.

Logano s’impose devant Jeff Gordon, qui malgré le plus grand nombre de tours menés ce soir – 173 – n’a pu rallier la Victory Lane. Le pilote de la Hendrick Motorsports, toujours à la recherche de sa première victoire cette saison, conforte sa première place au classement général avec cinq points d’avance sur Matt Kenseth.

« Nous avions une bonne voiture sur les longs runs », confiait Jeff Gordon après l’arrivée de la neuvième épreuve de la saison. « Après trente ou quarante tours nous étions très fort. Nous avions une voiture capable de jouer la gagne. Ce n’est qu’une question de temps pour remporter une course cette année. »

Kyle Busch a profité de la bataille à quatre dans les derniers tours pour remonter et prendre la troisième place devant Brad Keselowski et Matt Kenseth pour le top-5. AJ Allmendinger, Dale Earnhardt Jr., Ryan Newman, Carl Edwards et Martin Truex Jr..

Parti de la pole position, Kyle Larson n’aura pas eu le temps de savourer, victime d’une attaque suicidaire de Clint Bowyer dès le premier virage. Le pilote de la Chip Ganassi Racing est alors parti en tête à queue et a été contraint de repasser par la voie des stands pour changer ses gommes. Il est parvenu à rallier l’arrivée en seizième position et dans le tour du leader, tout comme Justin Allgaier vingt-et-unième. Tous les autres rookies sont au-delà de la vingt-cinquième place à deux tours ou plus du vainqueur.

Du fait des nouvelles gommes apportées par Goodyear pour cette épreuve, les équipes ont dû faire attention à la gestion de celle-ci durant les runs, mais plusieurs pilotes ont usé prématurément le pneumatique avant droit ce qui a causé plusieurs incidents et incendies. Reed Sorenson, Jimmie Johnson, ou encore Clint Bowyer se sont retrouvés à un moment ou à un autre en difficulté avec leurs pneumatiques.

Les nerfs des pilotes ont également été mis à rude épreuve tout au long des 400 tours sur ce short track de la Virginie, en témoigne les différents règlements de compte une fois le drapeau à damier franchi. Si Brad Keselowski et Matt Kenseth se sont répondus par micros interposés après avoir échangé quelques coups de roues dans le tour de décélération, Casey Mears et Marcos Ambrose en sont carrément venus aux mains dans la voie des stands.