La semaine dernière la NASCAR a déclaré que la réglementation moteur 2015 serait connue d’ici la NASCAR Sprint All-Star Race. Alors qu’une diminution de la puissance moteur d’environ cent chevaux devrait être signifiée à toutes les équipes, certains pilotes estiment que c’est une erreur de la part de la NASCAR.

Dans les paddocks du Richmond International Raceway deux pilotes se sont montrés sceptiques quant à la réduction de la puissance des moteurs pour la saison 2015 de Sprint Cup. Il s’agit de Jimmie Johnson et Kevin Harvick.

Si le pilote de la Stewart-Haas Racing estime que le coût engendré par les modifications sera important, il rejoint le sextuple champion sur la dangerosité d’une telle décision.




« Quand vous commencez à toucher au moteur, les coûts grimpent vraiment très vite et je crois que notre garage est très vulnérable de ce point de vue là », s’est exprimé Kevin Harvick, dans les paddocks de Richmond. « Je crois que la NASCAR doit faire attention aux coûts. Je comprends l’aspect sécuritaire, mais lorsque vous ralentissez la voiture, vous augmentez la vitesse au milieu du virage. »

Si la puissance est moindre, les pilotes peuvent rester plus longuement le pied appuyé sur la pédale d’accélérateur, alors qu’avec une puissance supérieure les pilotes doivent couper plus souvent.

« Et puis vous allez créer un autre problème pour Goodyear, car les voitures sont très rapides, alors vous allez avoir un problème de coût et un de pneumatique », ajoute Harvick. « Bonne chance avec ce changement de règlementation. Honnêtement je ne suis pas un grand fan de ça. »

Le sextuple champion de la Sprint se fait l’avocat de plusieurs pilotes avec qui il a pu discuter dans les garages, mais aussi lors des différents tests, notamment celui effectué au Michigan, lorsque Trevor Bayne avait une puissance moindre par rapport à ses adversaires présents ce jour là.

« Tous les pilotes avec qui j’ai discuté ne sont pas pour la réduction de puissance, affirmait pour sa part Jimmie Johnson, avant l’épreuve de Sprint Cup à Richmond. « Nous pensons tous que plus il y a de puissance, meilleur c’est pour la course. Nous essayons tous de dire ce qui est le mieux pour notre sport. »

« Exemple au Michigan il y a deux semaines lors des tests pour Goodyear, ils ont enlevé de la puissance à la voiture de Trevor Bayne et sa vitesse de passage au milieu du virage était près de dix miles plus rapide que les voitures avec un moteur classique. Je ne suis pas sûr qu’une telle différence nous permette de piloter plus confortablement côte à côte. Avec plus de vitesse en virage, les pneumatiques vont-ils tenir ? Les suspensions vont-elles tenir ? Je compatis avec la NASCAR, car ce n’est pas chose facile que de faire un changement » ajoute le sextuple champion.

Quelle va maintenant être l’attitude de la NASCAR vis-à-vis des remarques effectuées par des pilotes qui comptent six titres lors des huit dernières saisons pour Johnson, et trois places de troisième lors des quatre dernières années pour Harvick ?

« Nous sommes à l’écoute, mais encore une fois, l’objectif de la NASCAR est de faire ce qu’il y a de mieux pour ce sport et pas nécessairement ce qui est le mieux pour un groupe d’individualités », confiait ainsi l’un des responsables NASCAR le week-end dernier à Richmond. « Les pilotes veulent conserver de la puissance ou en ajouter, nous sommes un petit groupe, une petite partie du puzzle. Les propriétaires ont un avis sur la longévité des moteurs, chacun a son avis et nous devons faire du mieux possible pour ce sport. »