Pour la première fois depuis l’introduction du nouveau format en début de saison des qualifications vont se tenir sur un ovale à plaques de restriction en NASCAR Sprint Cup, puisque c’est l’ancien système qui avait été utilisé à l’occasion des Daytona 500 en ouverture de saison.

« Ce sera un festival de crashs et un désastre », a prévenu Brad Keselowski, il y a quelques semaines lorsqu’il a été interrogé sur la tenue du nouveau format de qualifications à Talladega puis à Daytona en juillet.

Pour cette séance qualificative il y aura donc trois groupes. Le premier de 25 minutes permettra de qualifier les vingt-quatre premières voitures pour la deuxième session de dix minutes. La troisième séance durera cinq minutes avec les douze meilleurs.




Lors du premier groupe l’ensemble du plateau – quarante-sept voitures en Sprint Cup – sera de sortie en même temps pour faire claquer le meilleur temps possible. Et contrairement à certaines pistes où il ne faut pas enchaîner les tours sous peine de dégrader les pneumatiques, les pilotes pourront rester jusqu’au bout dans le draft d’un adversaire ou d’un coéquipier pour effectuer le meilleur tour possible.

Contrairement à la Nationwide et à la Truck les officiels n’ont pas mis d’interdiction au niveau du push, ce qui pourrait augurer de quelques duos dans la séance, reste à voir si cela sera suffisamment efficace, puisque la température d’eau du pilote qui suit grimpera en flèche.

« Je ne pense pas que vous serez capable de rouler avec votre coéquipier et de changer de position pour faire un autre bon tour », confie Clint Bowyer. « Je pense que vous devrez sortir avec un gros paquet de voitures et vous débrouiller vous-même. »

Cependant, la position de départ à Talladega n’a que peu d’importance, certes plus un pilote est qualifié dans les premières positions meilleures sont ses chances d’obtenir un bon emplacement dans les stands, mais tel est le seul avantage tant l’habileté dans le draft est prépondérante sur cette piste ainsi qu’à Daytona.

« Je pense que les chefs d’équipe vont demander aux pilotes d’être prudents et de ne pas faire n’importe quoi, mais je suis sûr que vous verrez beaucoup de draft entre coéquipiers et constructeurs », confie pour sa part Denny Hamlin. « Je ne sais si ce sera aussi dingue que les gens le pensent. Parce que c’est Talladega et que c’est très large, vous pouvez rouler à six de front. »

Certains pilotes s’attendent à une séance difficile du fait des risques d’accidents plus élevés qu’à l’accoutumée. Parmi les pilotes sceptiques, on retrouve Kevin Harvick déjà double vainqueur cette année.

« J’ai pensé à rentrer à la maison et partir de l’arrière », concède ainsi le pilote de la Stewart-Haas Racing. « Cela sera incroyable, c’est le moins que l’on puisse dire. La seule façon d’être rapide est d’être dans un paquet et d’avoir quatre ou cinq voitures derrière vous. »

Brad Keselowski fait également partie des pilotes qui resteraient à la maison pendant les qualifications s’il en avait l’occasion. « Ce n’est pas quelque chose que j’attends. Rester hors des problèmes pour obtenir sa place sur la grille n’est pas quelque chose de très pertinent. »

Enfin, Carl Edwards estime pour sa part le sentiment que « ce sera plus dangereux que la course. »