Dix millièmes de seconde, tel est l’écart à l’arrivée entre les deux premiers des DAYTONA 500, Denny Hamlin et Martin Truex Jr. Après s’être débarrassé de son coéquipier Matt Kenseth dans le virage n°4, Denny Hamlin a pris l’avantage sur Martin Truex Jr. dans les tous derniers mètres de la course pour remporter sa victoire la plus importante en carrière.

La Joe Gibbs Racing s’est retrouvée en position de force dans les derniers tours de la course avec ses quatre voitures dans le top-5, le cinquième homme n’étant autre que Martin Truex Jr. au volant de la Toyota n°78 de la Furniture Row Racing, une écurie affiliée à la Joe Gibbs Racing. Les cinq pilotes Toyota ont manœuvré pour empêcher tout retour de leurs adversaires, à commencer par Kevin Harvick qui n’a pu que pousser Denny Hamlin vers la victoire, sans jamais être en mesure de battre les cinq pilotes Toyota pour la victoire.

“C’est une victoire d’équipe. Tout le monde a fait de l’excellent travail pour remporter ces DAYTONA 500. Je ne sais pas d’où je viens. Je ne sais pas ce qui s’est passé. Je dois remercier tous mes sponsors. C’est incroyable pour Toyota. Je suis très heureux d’apporter cette victoire à la Joe Gibbs Racing.”
— Denny Hamlin



 Toyota, qui n’avait jamais gagné les DAYTONA 500 avant cette année signe un triplé, puisque Martin Truex Jr. s’incline pour onze millièmes de seconde alors que le champion en titre de la discipline, Kyle Busch prend la troisième place devant Kevin Harvick, alors que Carl Edwards parachève le succès de Toyota en cinquième position et ce malgré une voiture abîmée à la suite de plusieurs accidents.

Denny Hamlin apporte à la Joe Gibbs Racing sa seconde victoire aux DAYTONA 500 en vingt-cinq ans d’activité. Le premier succès remonte à 23 ans et la victoire de Dale Jarrett en 1993 au volant de la Chevrolet Lumia n°18.

Matt Kenseth, qui semblait être dans un fauteuil pour aller chercher sa troisième victoire aux DAYTONA 500, mais avec l’attaque de son coéquipier, il termine finalement à la quatorzième places. Vainqueur l’an dernier, Joey Logano se classe sixième, suivi de Kyle Larson, Regan Smith, Austin Dillon et Kurt Busch pour le top-10.

Dominateur en début d’épreuve, Dale Earnhardt Jr. a joué les premiers rôles pendant les trois premiers quarts de la course, mais au tour 169 il est parti à la faute à la sortie du virage n°4 et est allé taper le mur intérieur. Résultat un abandon et une trente-sixième place finale pour celui qui semblait être l’un des seuls, sinon le seul à pouvoir empêcher la Joe Gibbs Racing de triompher.

Le résultat d’ensemble de la Hendrick Motorsport est globalement décevant, puisque Kasey Kahne est le mieux classé sous le drapeau à damier en treizième position, trois places devant Jimmie Johnson qui a certes mené dix-huit tours, mais aussi écopé d’une pénalité dans les stands lors de l’unique arrêt sous drapeau vert. Quant à Chase Elliott, son apprentissage des DAYTONA 500 s’est soldé par un accident dès le dix-neuvième tour. Le pilote de la Chevrolet n°24 a pu repartir avec quarante tours de retard pour engranger de l’expérience, mais se classe trente-septième.

Parmi les rookies c’est Ryan Blaney qui s’en est le mieux sortis. Régulièrement dans le top-10, le pilote de la Wood Brothers Racing se classe finalement dix-neuvième.

> DAYTONA 500 2016 – Revivez le direct
> Chase Elliott part à la faute en début de course
> Nouvel accident pour Brian Vickers
> DAYTONA 500 2016 – Les photos