Kyle Busch s’est échappé du peloton à 33 tours de l’arrivée lors d’une relance et n’a plus été revu pour décrocher sa quatrième voiture dans les séries nationales de la NASCAR. Le pilote de la Joe Gibbs Racing reste ainsi invaincu en ce mois d’avril après un sweep à Martinsville le week-end dernier. Le pilote de la Toyota Camry n°18 remporte ainsi son trente-sixième succès dans la division reine de la NASCAR.

Ce succès, le second de la saison pour Kyle Busch, assure au pilote de la Joe Gibbs Racing de défendre son titre en playoffs à condition de rester dans le top-30 du championnat et de ne pas manquer de course d’ici la fin de la saison régulière.

Kyle Busch devient également le second pilote de l’histoire de la NASCAR à remporter les courses nationales lors de deux week-ends consécutifs. Harry Gant étant le premier, lorsqu’en 1991 il s’était imposé à Richmond puis à Dover en NASCAR XFINITY Series puis en NASCAR Sprint Cup Series.



“Nous voiture était vraiment rapide, notamment en entrée et au milieu des virages et ce au fur et à mesure que la course avançait. Adam Stevens a également fait quelques bons ajustements.”
— Kyle Busch

Kyle Busch s’empare également de la tête du championnat avec six points d’avance sur Jimmie Johnson, lui aussi double vainqueur cette année.

Dale Earnhardt Jr. a terminé à la deuxième place après avoir dépassé Joey Logano à huit tours de la fin. Le pilote de la Team Penske termine finalement troisième devant Jimmie Johnson et le rookie de la Hendrick Motorsports, Chase Elliott qui signe là son premier top-5 en carrière et de facto son meilleur résultat dans la première division de la NASCAR.

Le top-10 de la course est complété par Martin Truex Jr., Carl Edwards, Kasey Kahne, Kurt Busch et Kevin Harvick.

Lors de la neutralisation du tour 290, Martin Truex Jr. et Austin Dillon sont restés en piste, alors que leurs adversaires sont repassés par la voie des stands pour chausser des gommes neuves. Si le pilote de la Furniture Row Racing a pu sauver l’essentiel avec une sixième place finale. Le coup de poker ne s’est pas avéré payant pour Austin Dillon qui termine en dix-neuvième position à deux tours après un accident qui a contraint les officiels à sortir le drapeau jaune pour évacuer les débris de la Chevrolet n°3.

> DUCK COMMANDER 500 2016 – Les photos