Un Français en NASCAR Sprint Cup Series ? Si ces dernières années cela faisait partie du domaine de l’utopie, c’est devenu du domaine du possible ces dernières semaines avec la volonté affichée de la Stewart-Haas Racing de faire rouler Romain Grosjean à Sonoma et Watkins Glen dans la mesure du possible. Le Français, qui pilote pour la Haas F1 Team en Formule 1 pourrait bien être présent en Californie à la fin du mois de juin.

Cinq courses en cinq semaines, c’est ce qui attend Romain Grosjean s’il participe à l’épreuve de Sonoma en NASCAR Sprint Cup le 26 juin prochain, puisque l’épreuve de NASCAR se trouverait entre deux séries de deux courses consécutives de Formule 1, le Canada et l’Azerbaidjan en amont, l’Autriche et le Royaume-Uni en aval.

L’épreuve de Watkins Glen se trouve pour sa part au milieu de la pause estivale du calendrier de Formule 1, un problème selon le Français qui a confirmé son envie de rouler en NASCAR et ce depuis qu’il a rejoint l’écurie de Gene Haas. Le Français a déjà piloté des GT et sait déjà à quoi s’attendre.



“C’est probablement plus lourd et plus puissant. Les freins ne semblent pas être les meilleurs du monde. Il y a également beaucoup de contacts. Il y a des choses à apprendre, mais pourquoi pas, ce serait fun.”
— Romain Grosjean

Si l’engagement de Romain Grosjean est confirmé pour l’une des courses routières, la Stewart-Haas Racing devra lui trouver une écurie dans laquelle piloter, puisque la NASCAR n’autorise plus les écuries d’aligner une cinquième voiture et ce même si c’est pour un rookie, ce qui est le cas de Romain Grosjean en NASCAR. L’une des options possibles est de trouver un accord avec la HScott Motorsports qui engage deux voitures, une pour Michael Annett, l’autre pour Clint Bowyer qui succédera à Tony Stewart dans la n°14 dès la saison prochaine.

Si le Français avoue s’intéresser aux courses américaines et regarder l’Indy 500, concourir sur un ovale ne fait pas partie de ses envies.

“J’adore regarder la course, mais je n’ai jamais été attiré par ça. Les 24 Heures du Mans, oui, le rallye Monte Carlo, oui, mais les ovales, cela me manquerait de ne pas tourner à droite.”
— Romain Grosjean