Vainqueur la semaine passée sur le Daytona International Speedway, Brad Keselowski a continué sa série cette semaine sur le Kentucky Speedway à l’occasion des Quaker State 400. Le pilote de la Team Penske a parfaitement géré son carburant dans les derniers tours de l’épreuve, pour aller chercher une quatrième victoire cette saison, mais aussi sa troisième en carrière sur l’ovale d’un mile et demi du Kentucky après 2012 et 2014, en résistant à Carl Edwards.

Ente les éditions 2015 et 2016, le tracé du Kentucky a été refait, avec l’ajout d’une inclinaison progressive dans les virages un et deux, mais aussi avec la pose d’une nouvelle surface, moins abrasive que la précédente. Cette dix-huitième course de la saison marquait la seconde utilisation du nouveau package aérodynamique, qui devrait être en vigueur toute la saison prochaine.

Avec plus de six secondes d’avance sur Carl Edwards à dix tours de la fin, Brad Keselowski avait une marge confortable, mais n’avait pas course gagnée pour autant, puisque la panne d’essence était toujours envisageable pour le pilote de la Ford Fusion n°2 de la Team Penske. Cependant, le champion 2012 de la discipline a fait le nécessaire pour économiser tout le carburant nécessaire et ne tomber en panne qu’au passage de la ligne d’arrivée, ligne qu’il a coupé avec 175 millièmes d’avance sur son rival de la Joe Gibbs Racing. Résultat, pas de burnout pour célébrer la victoire et l’aide d’un truck de sécurité pour rallier la Victory Lane.

Brad Keselowski s’est porté en tête à la suite d’une relance au tour 200 et est resté premier jusqu’au drapeau à damier, à l’exception du tour 261 que Matt Kenseth a mené avant de plonger dans la voie des stands au tour suivant pour ajouter le carburant qu’il lui manquait afin de terminer la course.



“Nous connaissions notre consommation. Nous sommes ressortis avec un gros rythme sur la relance et nous utilisions du carburant, mais il devenait évident que nous allions devoir l’économiser à la fin. C’est une très belle victoire pour les gars qui ont su calculer ce que j’avais consommé au début pour apporter cette voiture sur la Victory Lane. Habituellement les ovales dont l’asphalte a été refait sont mon talon d’Achille, mais j’ai gagné ici au Kentucky. Je savais que c’était une bonne piste pour nous par le passé, mais ce n’est plus la même, je peux vous l’assurer. Ces voitures étaient vraiment très délicates à conduire aujourd’hui, mais je suis très fier de tout le monde dans cette équipe.”
— Brad Keselowski

Brad Keselowski devient le premier pilote à quatre victoires cette année et devient le premier pilote à assurer sa qualification, en playoffs, à condition de prendre part aux huit courses restantes lors de la saison régulière.

Kevin Harvick, neuvième sous le drapeau à damier, ainsi que Martin Truex Jr., dixième, ont dominé les deux premiers tiers de la course avec respectivement 128 et 46 tours menés, mais ils n’ont pu convertir cette domination en fin de course, notamment le pilote de la Furniture Row Racing, pénalisé par les officiels au tour 196, lorsque sous drapeau jaune, il a dépassé le leader Kevin Harvick en entrant dans les stands. Reparti de l’arrière du peloton en vingt-troisième position, il attaqué pour remonter dans la hiérarchie, mais a également dû passer une dernière fois par la voie des stands pour remettre du carburant afin de terminer la course.

Les virages trois et quatre se sont montrés particulièrement traîtres. Dès le dixième tour, c’est Ricky Stenhouse Jr. qui a tapé le mur, avant un tête-à-queue de Jimmie Johnson au tour 32, ou encore un accident de Joey  Logano au tour 53.

Au tour 88 alors qu’il était au milieu de deux adversaires, Ryan Blaney a perdu le contrôle de sa Ford Fusion n°21 emportant avec l’un de ses rivaux pour le titre de meilleur débutant de l’année, Chase Elliott. Cinq tours plus tard, pas moins de huit pilotes dont AJ Allmendinger et les rookies Brian Scott et Chris Buescher sont également partis à la faute.

Au tour 194 la NASCAR a sorti le drapeau jaune pour la onzième fois de la soirée, égalant le record établi sur cette piste l’an dernier.

Ryan Newman termine troisième devant Kurt Busch et Tony Stewart. Ce dernier signe un top-5 pour son six-centième départ en carrière, alors que Greg Biffle, sixième, décroche son meilleur résultat de la saison. Jamie McMurray, Matt Kenseth, Kevin Harvick et Martin Truex Jr. ferment le top-10.

Au classement général, Kevin Harvick voit son avance fondre, puisque le vainqueur du soir au Kentucky revient à neuf unités du pilote de la Stewart-Haas Racing.