La course de Bristol est finalement allée huit tours au-delà de la distance initialement prévue et c’est finalement Austin Dillon qui s’est imposé en prenant la tête pour la première fois de la course au 305ème des 308 tours suite à la panne d’essence de Brad Keselowski. Lors de l’ultime relance, le pilote de la Richard Childress Racing a maintenu ses adversaires derrière lui pour aller décrocher la victoire.

Ni Justin Allgaier, qui échoue à 227 millièmes du vainqueur, ni Kyle Larson troisième, ni Elliott Sadler quatrième, n’ont pu prendre l’avantage sur le pilote de la Chevrolet SS n°2.

“C’était une guerre d’usure. Nous avions une assez bonne voiture, peut-être pas la meilleure, mais celle qui a gagné. J’ai fait une erreur dans le virage n°3 avant le (drapeau) blanc, mais heureusement tout le monde était en survirage. C’était une guerre d’usure et nous avons fait ce que nous avions à faire pour gagner.”
— Austin Dillon



La panne d’essence de Brad Keselowski fut donc le dernier domino à tomber pour offrir la victoire à Austin Dillon pour la toute première fois de sa carrière sur Bristol Motor Spaedway et même sur un short track.

Au tour 243 Erik Jones a envoyé son coéquipier Daniel Suárez en tête-à-queue dans le virage n°3 causant un accident avec six voitures impliquées. Les deux pilotes de la Joe Gibbs Racing ont terminé leur course au garage. Erik Jones a reconnu son erreur peu après être descendu de sa voiture.

Au tour 296 alors que Brad Keselowski et Kyle Busch se battaient pour la tête de la course, le pilote de la Team Penske a touché l’arrière de la voiture de Kyle Busch ce qui a envoyé les deux rivaux dans le mur extérieur et provoqué l’ire du pilote de la Joe Gibbs Racing qualifiant son adversaire de pilote sale.

 

> Food City 300 2016 – Les photos