Takuma Sato, Hélio Castroneves , Ed Jones ou Max Chilton ? Tels étaient les quatre noms qui ressortaient pour la gagne de la cent-unième édition de l’Indy 500 dans les dix derniers tours de la course. Alors qu’Hélio Castroneves, porté par tout le public, a un temps cru tenir sa quatrième victoire aux 500 miles, c’est finalement le japonais de la Andretti Autosport qui remporte la course la plus importante de sa carrière.

S’il remporte sa seconde course d’IndyCar en carrière après celle obtenue en 2013 dans les rues de Long Beach. Il devient du même coup le premier représentant du pays du soleil levant à remporter les 500 miles d’Indianapolis.

“C’était une course très difficile. On l’a fait, on a réussi à le doubler et à s’échapper pour aller gagner.”
— Takuma Sato


>>> Indianapolis 500 : Rookie Orientation ProgramSéance 1Séance 2Séance 3Séance 4 | Séance 5Séance 8Séance 9 | Qualification 1Grille de départ | Photos




Takuma Sato s’impose devant Hélio Castroneves, le rookie Ed Jones, Max Chilton et Tony Kanaan pour le top-5, alors que Juan Pablo Montoya, Alexander Rossi, Marco Andretti, Gabby Chaves et Carlos Muñoz complètent le top-10.

Parti de la pole position, Scott Dixon, qui se battait avec une monoplace survireuse pendant le premier relai, a cédé les commandes à son coéquipier Tony Kanaan.Parti prudemment, Fernando Alonso, passé de la cinquième à la neuvième place au premier virage, entamait sa remontée durant le premier relai qui se soldait par des arrêts sous drapeau vert.

Tony Kanaan donne le coup d’envoi des premiers arrêts sous drapeau vert au trentième tour alors qu’il est en tête. Cette première salve modifie quelque peu l’ordre du classement, puisqu’Ed Carpenter prend les commandes devant Alexander Rossi et Fernando Alonso. Le tenant du titre prendra la tête de l’épreuve au tour 35, avant de céder deux tours plus tard face à Fernando Alonso.

Au tour 53 Scott Dixon va fracasser sa monoplace dans le mur intérieur après avoir percuté Jay Howard alors en perdition. Si les images font froid dans le dos et peuvent laisser craindre le pire, notamment pour le Néo-zélandais dont la tête n’est pas passé loin du haut du mur extérieur, tous deux sont sortis par leurs propres moyens de leurs épaves.

La course reprend ses droits au tour 61 avec l’Espagnol Fernando Alonso en tête de l’épreuve devant Alexander Rossi. Quelques instants plus tard, Conor Daly entre en sur-vitesse dans le virage n°3 et va taper le mur extérieur répandant des débris sur le piste. Jack Harvey ne pourra éviter l’un d’entre eux et partira à la faute. Là encore, le drame a été évité de peu, le pilote de la Andretti évitant de peu la voiture d’assistance entrée sur le circuit pour secourir Conor Daly.

alors que la lutte entre Honda et Chevrolet s’est peu à peu équilibrée grâce à la montée en puissance de la Team Penske, mais la fiabilité des blocs propulseurs Honda a été mise en défaut avec les casses successives de Tony Kanaan, Charlie Kimball et Fernando Alonso dans le dernier tiers de l’épreuve.

> Indianapolis 500 2017 – Les photos