Le dirt track d’un demi mile fait partie des rendez-vous les plus attendus d’une saison NASCAR. En effet, l’ovale de Tony Stewart est le seul dirt track de la saison en ce qui concerne les séries nationales.

Situé dans l’Ouest de l’Ohio, à Earl Baltes, l’Eldora Speedway est la propriété du triple champion NASCAR, Tony Stewart, depuis 2004. En plus d’une décennie cette piste, qui accueillait le Prelude to The Dream, une épreuve de charité qui regroupait les plus grandes stars de la NASCAR à l’IndyCar en passant par la NHRA, accueille cette saison la cinquième édition de l’Eldora Dirt Derby.

Si les segments seront en vigueur sur cette piste, il y aura une variante puisque les deux premiers ne seront pas de même longueur. En effet, le premier damier tombera au quarantième tour, le deuxième au quatre-vingt-dixième tour, c’est-à-dire un deuxième segment de cinquante tours. Enfin, le dernier segment sera de 60 tours pour porter la distance de la course à 150 tours, ce qui correspond à 75 miles.

En quatre éditions la course a accouché de quatre vainqueurs différents. Récent vainqueur des Coca-Cola 600, Austin Dillon restera comme le premier vainqueur d’une course sur dirt track en NASCAR Camping World Truck Series, c’était le 24 juillet 2013. Il sera imité la saison suivante par Darrell Wallace Jr, puis Christopher Bell il y a deux ans et enfin le tenant du titre n’est autre que Kyle Larson. Bref, des quatre vainqueurs, seul Christopher Bell, pensionnaire de la Kyle Busch Motorsports, n’as pas encore roulé dans la première division de la NASCAR.

Si le format de la course est quelque peu différent de ce qui se fait sur les autres épreuves de la saison, les qualifications diffèrent quelque peu avec cinq courses de dix tours lors desquels seuls les boucles sous drapeau vert sont comptabilisés. Pour déterminer l’appartenance à une course qualificative, il faut se baser sur le résultat des qualifications sur deux tours. Ainsi, le premier, le sixième, le onzième, le seizième et ainsi de suite sont dans la première course, le deuxième, le septième, le douzième, le dix-septième, … dans la deuxième course et ainsi de suite pour remplir les cinq courses qualificatives.

Les cinq premiers de chaque courses qualificatives sont assurés d’être au départ de la course. Le sixième et le septième de chacune des cinq courses qualificatives se retrouvent dans une course de la dernière chance de quinze tours, là encore seuls les tours réalisés sous drapeau vert sont enregistré. Les deux premiers de cette course héritent des 26 et 27èmes places sur la grille de départ de la course principale.

Cette course de la dernière chance est souvent le théâtre d’une bataille intense pour être dans la course principale. Ce fut notamment le cas en 2013 avec Norm Benning qui a acquis la dernière place qualificative de la course de la dernière chance au pris d’une bagarre incroyable avec Clay Greenfield dans les derniers tours de la course, ce qui a eu pour effet d’endommager son truck n°57, mais plusieurs mécaniciens d’autres équipes sont venus prêter main forte aux siens pour lui permettre de prendre part à la course.

Les dernières places de la grille seront distribuées comme suit, de la vingt-huitième à la trente-et-unième place ce seront les meilleurs trucks au classement propriétaire pas encore qualifiés, puis la trente-deuxième place sera donné à un ancien champion pas encore qualifié, où au meilleur truck au classement des propriétaires pas encore qualifié si tous les anciens champions sont déjà au départ.

Durant la course, les tours sous drapeau jaune à l’issue des segments ne seront pas comptabilisés et il ne sera pas possible de gagner des positions lors de passages par la voie des stands.

Laisser un commentaire