Martin Truex Jr. vainqueur à Charlotte et Brad Keselowski vainqueur à Talladega sont assurés d’être au troisième tour des playoffs en Monster Energy NASCAR Cup Series, ce qui fait qu’il ne reste plus que six places pour dix pilotes encore en lice.

Parmi les pilotes n’étant pas encore certains d’être au troisième tour des playoffs, Kevin Harvick (2013 et 2016), Jimmie Johnson (2008, 2011 et 2015), Kyle Busch (2016) et Matt Kenseth (2012 et 2013) se sont déjà imposés sur le Kansas Speedway, une piste où il ne fait pas bon gagner quand on a des velléités de titre, puisque seuls Jeff Gordon en 2001 et Jimmie Johnson sept ans plus tard se sont imposés au Kansas avant de remporter le titre en fin de saison. S’ils sont encore dix à pouvoir se qualifier, la bulle se concentre sur quatre pilotes, Ryan Blaney, Jimmie Johnson, Kyle Busch et Matt Kenseth. Cependant, pour les autres (Kyle Larson, Kevin Harvick, Denny Hamlin, Chase Elliott, Ricky Stenhouse Jr. et Jamie McMurray), rien n’est acquis, ni dans un sens, ni dans l’autre.

Matt Kenseth compte huit points de retard sur le dernier qualifié pour le troisième tour et débutera donc la course en tant que potentiel éliminé. Cependant, en 23 départs sur cette piste le champion 2003 de la discipline compte deux victoires, sept top-5 et treize top-10. Parmi les pilotes en activité il possède le deuxième meilleur rating avec 106,5, la troisième position moyenne en piste avec 9,9 et la quatrième meilleure place à l’arrivée avec 11,0, des signaux encourageants pour Matt Kenseth, qui ne s’est toujours pas imposé cette année malgré huit top-5, quatorze top-10, 330 tours menés et une place moyenne à l’arrivée de 14,6.

Kyle Busch possède un point d’avance sur son coéquipier et donc sept de retard sur Jimmie Johnson. En dix-neuf venues au Kansas, Kyle Busch compte une victoire, cinq top-5, sept top-10 et une place moyenne à l’arrivée de 17,7.  Pour un pilote du calibre de Kyle Busch ces statistiques peuvent paraître bien faiblarde, mais après le long désamour entre cette piste et le natif de Las Vegas, la situation est au beau fixe avec cinq top-5 de rang dont une victoire.

Jimmie Johnson a beau être du bon côté de la barrière, l’inquiétude demeure pour le pilote le plus titre en activité. En effet, l’interrogation principal reste la faculté du pilote Hendrick à chercher des points de bonus lors des premiers segments. Cette année il n’en a pris que 164 contre 204 pour Ryan Blaney, 221 pour Matt Kenseth et surtout 315 pour Kyle Busch. Un total bien faible qui pourrait jouer des tours à celui qui et en quête d’un huitième titre de champion dans la division reine. En résumé Jimmie Johnson ne dispose que de sept points d’avance sur Kyle Busch, mais marque en moyenne cinq points de bonus de moins par course cette saison et termine en moyenne trois places derrière. Si les choses restent en l’état au Kansas, Kyle Busch se qualifierait donc pour un petit point.

Des pilotes encore en lice pour le titre et dans la bulle, Ryan Blaney est sûrement la plus grosse incertitude. Le pilote de la Wood Brothers Racing, vainqueur de sa toute première course en Cup cette saison à l’occasion de la première venue à Pocono n’a absolument aucun repère en playoffs et a surtout une place moyenne à l’arrivée de 18,0 cette saison, malgré une victoire, trois top-5 et onze top-10. Au Kansas sa place moyenne à l’arrivée est de 11,4, la quatrième meilleure marque pour un pilote en activité. Celui qui pilotera la Ford n°12 de la Team Penske l’a saison prochaine n’a rien à perdre et possède dix points d’avance sur Kyle Busch. Suffisant pour se qualifier ? Réponse dimanche.

Laisser un commentaire