Troisième de la course des NASCAR Camping World Truck Series sur le Las Vegas Motor Speedway, Brett Moffitt et monté au créneau contre les pilotes les moins rapides du peloton, estimant qu’ils n’avaient pas leur place.

À l’issue des Stratosphere 200 Brett Moffitt n’a pas mâché ses mots à l’encontre des pilotes les moins rapides, parmi les pilotes visés, Myatt Snider, Norm Benning, ou encore le Français Michel Disdier qui participait à sa troisième course de Truck en carrière après avoir pris part à la course de Daytona en 2014 et en 2016, son quinzième départ « type NASCAR » depuis ses débuts en ARCA en 2008.

« C’est sympa de courir avec Busch, car il peut piloter. La moitié ne peut pas. C’est sympa, parce que je respecte Kyle pour tout ce qu’il a fait. C’est sympa de piloter portière contre portière avec lui. Les gens ne l’aiment pas quand il vient piloter en Truck Series, mais je l’adore, car piloter contre lui lui a toujours été bon pour ma carrière et m’a aidé. »

– Brett Moffitt

Le pilote de la Hattori Racing Enterprises, vainqueur sur l’ovale d’Atlanta, pouvait décrocher une seconde victoire de rang en NACAR Camping World Truck Series, mais il a fait référence à deux incidents durant la course qui, selon lui, lui ont fait perdre la course. Le premier incident impliquait Myatt Snider et Michel Disdier, alors que le second mettait aux prises Norm Benning qui avait pourtant reçu un drapeau noir plus tôt dans la course pour ne pas avoir la vitesse minimale requise.

« Quand Snyder est sorti des stands à plusieurs tours et a fait du side draft avec nous, cela a permis à Kyle de se rapprocher. J’ai essayé de prendre l’intérieur du truck retardataire (Michel Disdier – ndlr) et il s’est rabattu sur nous. C’est simplement frustrant, car quand vous ne jouez plus la course, vous ne devriez pas vous mettre en travers des leaders. C’est une course amère. »

– Brett Moffitt

La gestion du trafic a toujours été l’une des clés du succès en NASCAR et la question des pilotes les plus lents revient régulièrement sur la table lorsque des pilotes, tels que Brett Moffitt ce vendredi, estiment avoir perdu une course de cette manière.

Pour savoir si un pilote respecte ou non la vitesse minimale autorisée lors d’une course, les officiels prennent le meilleur temps de la dernière séance d’essais et y appliquent une tolérance de 115 %. Tout temps au-delà de ces 115 %, sous régime de drapeau vert, peut donc conduire à un drapeau noir, qui reste malgré tout à la discrétion des officiels, pour le pilote qui doit donc prendre la direction des garages. L’écurie peut alors effectuer des ajustements sur la voiture ou le truck avant de relancer le pilote.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.