Pour la cinquième fois de la saison Kevin Harvick s’impose en Monster Energy NASCAR Cup Series à l’occasion des KC Masterpiece 400 disputés sur le Kansas Speedway. Le pilote de la Stewart-Haas Racing apporte un sixième succès à son écurie en douze courses cette saison.

Cette saison il y a la Stewart-Haas Racing et les autres. En douze courses l’écurie de Tony Stewart et Gene Haas a remporté six victoires, égalant ainsi son record sur une saison complète alors que le tiers du championnat 2018 est bouclé. Avec cinq succès, dont quatre seulement pris en compte pour les playoffs après la pénalité de Las Vegas, Kevin Harvick a déjà égalé son record de victoires en une saison.

Avec cinq victoires en douze courses, Kevin Harvick réalise un début de saison idéal. Il faut remonter à 1997 et Jeff Gordon pour qu’un pilote ait autant de victoires après douze courses. Cette année-là, Jeff Gordon avait remporté son deuxième titre en carrière. De bon augure pour le natif de Bakersfield en Californie ?

« Je suis heureux d’être sur la Victory Lane. C’était une bonne course. Je n’étais pas vraiment content avec la voiture à un moment, mais nous avons pu revenir. »

– Kevin Harvick

Sous le drapeau à damier Kevin Harvick devance Martin Truex Jr. de 390 millièmes de seconde. Suivent Joey Logano, Kyle Larson, Denny Hamlin, Paul Menard, Erik Jones, Kurt Busch, Aric Almirola et Kyle Busch pour le top 10.

Avec trois victoires sur le Kansas Speedway, Kevin Harvick rejoint Jeff Gordon et Jimmie Johnson au rang des pilotes les plus victorieux sur cet ovale d’un mile et demi apparu dans la division reine de la NASCAR au début des années 2000.

Martin Truex Jr. a relancé la course en tête à dix tours de la fin, puisqu’il faisait partie des cinq pilotes à être resté en piste lors de la neutralisation en tête. Le champion en titre de la discipline, vainqueur des deux courses disputées au Kansas la saison dernière s’est échappé dès la relance, mais c’était sans compter sur Kevin Harvick, qui a définitivement pris l’avantage à moins de deux tours du drapeau à damier.

Parti de la pole position, Kevin Harvick a dominé jusqu’au premier drapeau jaune imposé par la NASCAR avant de laisser la main à Ryan Blaney, vainqueur du premier segment, puis à Kyle Larson, vainqueur du deuxième segment alors qu’il a débuté la course en dernière position à la suite d’un ajustement interdit à l’issue des qualifications, un changement de pneumatiques consécutif à un tête-à-queue dans la deuxième des trois parties.

Comme souvent cette année, les deux premiers segments n’ont pas connu de drapeau jaune pour incident en piste et ce n’est qu’à trente tours de la fin qu’est intervenu le premier accident, lorsque Daniel Suárez et Alex Bowman se sont accrochés.

La fin de course n’allait être qu’une succession d’accident et de neutralisations, tout d’abord entre Kyle Larson et Ryan Blaney pour la première place, puis lors de la la relance suivante William Byron perd le contrôle de sa Chevrolet n°24 et va violemment taper le mur extérieur. Si Kevin Harvick parvient à éviter l’accident, ce n’est pas le cas de Jamie McMurray, Matt Kenseth, Ty Dillon, Clint Bowyer, Ryan Newman et Chris Buescher.

Le drapeau rouge est déployé pendant un quart d’heure pour nettoyer la piste et enlever les épaves. S’il est sorti de sa Chevrolet par ses propres moyens, le pilote de la Hendrick Motorsports, comme tous les autres pilotes contraints à l’abandon est passé par le centre médical du circuit pour un examen de contrôle.

La semaine prochaine la première division de la NASCAR sera sur le Charlotte Motor Speedway pour la seconde épreuve hors championnat de l’année, la All-Star qui verra le vainqueur empocher un chèque d’un million de dollars. Pour le retour du championnat il faudra attendre les Coca-Cola 600 le dimanche 27 mai.

Qualifications
Grille de départ
Résultat
Classement pilotes
Classement propriétaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.