Ryan Hunter-Reay peut remercier son coéquipier Alexander Rossi pour la victoire acquise à l’occasion de la seconde course du week-end de Detroit en Verizon IndyCar Series. Le pilote de la Andretti Autosport a profité d’une erreur de son coéquipier à sept tours de la fin pour décrocher la victoire.

Deuxième samedi, premier dimanche, tel est le résumé de Ryan Hunter-Reay à l’occasion du Chevrolet Detroit Grand Prix sur le Raceway at Belle Isle Park cette saison en Verizon IndyCar Series. Le pilote de la Andretti Autosport, une fois débarrassé de son coéquipier Alexander Rossi n’a eu qu’à gérer le trafic lors des sept derniers tours de la course pour décrocher une dix-septième victoire en carrière, la première depuis Pocono en 2015.

Sur une stratégie à trois arrêts, Ryan Hunter-Reay était à l’offensive dans son dernier relais  au contraire du leader de la course Alexander Rossi sur une stratégie à deux arrêts. À tout juste dix tours de la fin les deux pilotes de la Andretti Autosport se sont retrouvés l’un derrière l’autre et l’aîné des deux a poussé son rival à la faute à sept tours de la fin. S’il a pu contrôler un blocage de roue au freinage, le second a clairement été de trop pour Alexander Rossi qui a tout perdu et termine finalement douzième après un second blocage de roue suivi d’une crevaison à l’avant gauche.

« J’étais très inquiet au début du dernier relais, car l’équilibre de la monoplace n’était excellent. J’ai tout donné. C’est une sacrée monoplace, une sacrée course. Quand je l’ai vu bloquer les roues une fois, deux fois, je savais que je devais maintenir la pression sur lui. »

– Ryan Hunter-Reay

Sous le drapeau à damier Ryan Hunter-Reay devance Will Power d’un peu plus de treize secondes. Ed Jones, Scott Dixon et Graham Rahal complètent le top 5 alors que Robert Wickens, Tony Kanaan, Charlie Kimball, Marco Andretti et Simon Pagenaud sont dans les dix premiers d’une course disputée presque intégralement sous drapeau vert.

Retardé plus de trente minutes à la suite de l’accident de la voiture de sécurité lors des tours de mise en grille, la course a finalement pu être lancée, mais le premier tour n’a pas été sans incident, avec le tête-à-queue de Spencer Pigot à la sortie du virage n°5 qui a causé la première neutralisation de la course, mais aussi la crevaison du Français Sébastien Bourdais.

Les déboires du Manceau ne vont pas s’arrêter en si bon chemin, puisque malgré une remontée faite à coup de dépassements dans le virage n°1, un problème de suspension peu après la mi-course l’envoie en tête-à-queue dans ce même virage n°1. S’il ne touche personne, il est contraint de rentrer à vitesse réduite dans la voie des stands pour réparer et perd ainsi tout espoir de bon résultat.

Qualifications
Résultat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.