En début de semaine Brad Keelowski s’est désolidarisé de Goodyear quant au choix de la firme d’Akron dans l’Ohio concernant les gommes qui seront utilisées ce week-end au Michigan en Monster Energy NASCAR Cup Series. Le manufacturier unique des séries nationales de la NASCAR a répondu au pilote Penske par le biais de son directeur de la compétition.


Ce jeudi Greg Stucker, le directeur de la compétition  a répondu à Brad Keselowski dans l’émission Tradin’ Paint diffusé sur SiriusXM NASCAR Radio. En début de semaine c’est sur Twitter que Brad Keselowski a déclaré qu’aucune des équipes présentes au Michigan en avril dernier lors des tests n’avait choisi les caractéristiques de gommes choisies par Goodyear pour les FireKeepers Casino 400 de cette semaine.

« Notre équipe et d’autres ont testé de nombreuses composition de gommes et nous les avons toutes recommandées sauf celle-ci. Je ne veux être aucunement associé à cette décision. »

– Brad Keselowski

En avril dernier, Brad Keselowski, Aric Almirola, Alex Bowman, Austin Dillon et Martin Truex Jr. étaient présents sur le Michigan International Speedway pour tester les différents types de gommes proposés par Goodyear afin de faire un choix pour cette épreuve. Greg Stucker, le directeur de Goodyear a clarifié la situation.

« Brad n’a pas roulé avec cette combinaison exacte au Michigan. Il a roulé avec la combinaison à droite, alors qu’à gauche c’était ceux de 2017. Les pneumatiques du train gauche proposent plus d’adhérence. Je l’entends. Il a eu le sentiment de perdre de l’adhérence avec cette combinaison, mais il n’a pas roulé avec ce que nous allons apporter au Michigan. J’espère qu’une fois qu’il prendra la piste il sentira que les deux types de gommes associés sont ce qu’il faut pour cette épreuve, car tous les gars qui ont roulé avec ce type de gomme à droite lors des essais ont pensé que c’était au moins aussi bien, voire même mieux qu’en 2017. »

– Greg Stucker

Le directeur de la compétition de Goodyear a indiqué que les pneumatiques ne permettaient pas d’aller encore plus vite sur l’ovale le plus rapide de la saison. Lors des essais du mois d’avril les vitesses variaient de 212 mph en vitesse de pointe à 175 mph dans les virages.

« Ce que nous essayons de faire, c’es de créer une différence entre la vitesse de pointe et la vitesse en milieu de courbe. Si vous trouvez le bon équilibre entre accélération et décélération, vous créez l’opportunité d’avoir une bonne course. Si tout le monde est à fond sur la pédale d’accélérateur, cela équivaut à niveler les performances de tout le peloton. »

– Greg Stucker

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.