Pour la seconde fois de la saison Scott Dixon s’impose en Verizon IndyCar Series. Le quadruple champion de la série remporte l’épreuve disputée sur le Texas Motor Speedway après avoir dominé le plus grand nombre de tours et fait coup double puisqu’il s’empare des commandes du championnat.

Parti de la septième place sur la grille de départ, Scott Dixon a été l’homme fort de la course du Texas les DXC Tehcnology 600 conclus en à peine plus de deux heures de course. C’est à l’issue de la première salve d’arrêts au tour 73 que Scott Dixon fait son apparition dans le top 5. Au tour 132 il prend les commandes de la course, là encore après des arrêts aux stands, pour ne plus quitter la première place jusqu’au drapeau à damier, à l’exception des passages par la voie des stands sous drapeau vert. Le pilote de la Chip Ganassi Racing s’impose finalement avec plus de quatre secondes d’avance sur son plus proche rival, le Français Simon Pagenaud, qui a dû se battre jusqu’au bout avec Alexander Rossi et James Hinchcliffe pour la deuxième place lors d’un dernier sprint de 34 tours.

Avec cette victoire, sa quarante-troisième en carrière, le Néo-zélandais devient seul troisième des pilotes les plus victorieux dans la discipline derrière A.J. Foyt et Mario Andretti avec respectivement 67 et 52 succès.

« J’ai un énorme respect pour tous ces pilotes, mais quand vous voyez ces noms, c’est étrange que ‘Dixon’ fasse partie de cette liste. J’adore cette discipline, je pense que c’est la meilleure discipline du sport automobile dans le monde. C’et un travail d’équipe. La réglages étaient phénoménaux, la stratégie parfaite. C’est rare de connaître une telle course. »

– Scott Dixon

Ryan Hunter-Reay complète le top 5, suivi de Graham Rahal, Takuma Sato, Sébastien bourdais, Ed Jones et Charlie Kimball pour les dix premiers d’une course dominée dans un premier temps par Josef Newgarden, qui parti de la pole position a mené les soixante premiers tours, mais les choses sont alors allées de mal en pis pour le pilote de la Team Penske qui a dû effectuer un arrêt imprévu juste avant le centième tour, ce qui le placera au-delà du tour des leaders. Il lui faudra un peu plus de cent tours pour y revenir, avant d’être pénalisé lors de l’ultime relance pour avoir anticipé le drapeau vert. Résultat le champion en titre termine treizième et laisse de gros points en route dans l’optique de la défense de son titre de champion.

Leader en deuxième partie de course, Robert Wickens semblait être un prétendant à a victoire finale, mais le rookie de la Schmidt Peterson Motorsports n’a pas été en mesure de défendre ses chances jusqu’au bout, victime d’un accident dans le virage 3 du tour 173 alors qu’il tentait de prendre un tour à Ed Carpenter.

Si la dégradation des pneumatiques n’a pas été un facteur important durant cette course, plusieurs pilotes, notamment ceux de la Team Penske ont rencontré des soucis de gommes durant cette neuvième course de la saison. Si Josef Newgarden a choisi de s’arrêter au tour 97, Will Power et Simon Pagenaud ont préféré rester en pite pour le même soucis.

Avec un arrêt sous drapeau jaune au tour 178 pour la majorité des pilotes, le mot d’ordre était à l’économie de carburant afin de tenter de rallier l’arrivée sans avoir à repasser par la voie des stands. Ryan Hunter-Reay et Graham Rahal sont repassés par les stands en fin de neutralisation pour ajouter du carburant et semblaient pouvoir aller au terme de l’épreuve sans nouvel arrêt, mais le drapeau jaune du tour 205 à la suite d’un accident entre Will Power et Zachary Claman De Melo a remis tout le monde sur la même stratégie et a permis à tout le monde de passer une dernière fois par la voie des stands.

Qualifications
Résultat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.