Simon Pagenaud vainqueur des 500 Miles !

Lors de l’ultime relance à quinze tours du drapeau à damier, Simon Pagenaud a pris le meilleur sur Alexander Rossi. Les deux pilotes se sont alors expliqués jusqu’au terme de l’épreuve la plus importante de la saison en IndyCar.

Quinze tours pour une victoire entre Simon Pagenaud et Alexander Rossi avec en arbitre de luxe Takuma Sato, mais le Français, dominateur tout au long de la course a bloqué le pilote Andretti pour la plus grande victoire de sa carrière, sa première à l’Indy 500 !

« Quel travail effectué par Simon toute ce mois à Indianapolis. »

Roger Penske

L’équipe de Roger Penske remporte sa dix-huitième victoire aux 500 Miles d’Indianapolis, une semaine après avoir décroché sa dix-huitième pole.

« Je voulais partager ma victoire avec les fans. C’était une course intense. Je crois que nous avons mené le plus de tours. Le drapeau jaune est sorti au bon moment. Les planètes étaient alignées. Je suis sans voix. Merci aux fans, ils sont incroyables. »

Simon Pagenaud

Après Jules Goux et René Thomas coup sur coup en 1913 et 1914, Simon Pagenaud devient le troisième Français à remporter les 500 miles d’Indianapolis.

Sur la ligne Simon Pagenaud devance Alexander Rossi de deux dixièmes de seconde. Le Français devient le premier pilote à s’imposer en partant de la pole position depuis son coéquipier Hélio Castroneves pour sa troisième victoire, c’était en 2009.

Takuma Sato prend finalement la troisième place de la course devant Josef Newgarden, Will Power, Ed Carpenter, Santino Ferrucci, Ryan Hunter-Reay, Tony Kanaan et Conor Daly pour les dix premiers.

Simon Pagenaud s’est affirmé comme le patron en début de course. Parti de la pole position, le Français n’avait mené qu’une trentaine de tours lors de ses sept premières participations, il fera beaucoup mieux en ne laissant la tête que lors des phases d’arrêts sous drapeau vert.

Si la situation était favorable pour Simon Pagenaud, le début de course a été bien plus compliqué pour certains de ses coéquipiers. Hélio Castroneves a écopé d’une pénalité lors du premier passage par la voie des stands en heurtant James Davison, alors que Will Power a reçu une pénalité lors de la deuxième neutralisation de la course pour voir heurté un de ses mécaniciens lors de la deuxième salve d’arrêts quelques tours plus tôt.

Si le premier drapeau jaune intervient après six tours suite à un problème mécanique pour le rookie Colton Herta, il faudra attendre 70 tours supplémentaires pour une nouvelle intervention de la voiture de sécurité, suite à l’accident de Kyle Kaiser dans le virage n°3.

Dominateur, Simon Pagenaud est menacé par sa consommation de carburant trop élevée par rapport à ses rivaux, ce qui pourrait le condamner en fin de course en cas d’absence de neutralisation, puisqu’il s’arrête régulièrement plus tôt que ses rivaux et est trop court pour faire la course en cinq arrêts, contrairement à Ed Carpenter, Scott Dixon ou encore Alexander Rossi.

À l’issue de son quatrième arrêt sous drapeau vert, Simon Pagenaud bénéficie de l’aide de son coéquipier Hélio Castroneves, qui ralentit Alexander Rossi alors en tête de la course, au grand dam du pilote de la Andretti Autosport, vainqueur de la centième édition des 500 miles en 2016, fou furieux dans sa radio à l’encontre du triple vainqueur des 500 miles.

Au tour 138, alors que le Français de la Team Penske a déjà ravitaillé et qu’Alexander Rossi connaît de gros problèmes dans les stands, Marcus Ericsson rate son entrée dans la voie des stands et part à la faute en freinant, ce qui force les officiels à sortir la voiture de sécurité pour la troisième fois.

Lors de la relance Simon Pagenaud conserve les commandes, mais cède dès la première attaque de son coéquipier Josef Newgarden au tour 151, alors qu’en sixième position, Alexander Rossi doit encore une fois se défaire d’un pilote au-delà du tour, cette fois c’est l’Espagnol Oriol Serviá qui lui pose de nombreux problèmes.

Simon Pagenaud donne le coup d’envoi de la dernière salve d’arrêts à 32 tours de la fin et le Français reprend virtuellement les commandes lorsque tous ses rivaux se sont arrêtés. Le pilote de la Team Penske compte alors près de deux secondes d’avance sur Alexander Rossi, mais le pilote Andrtetti revient très rapidement sur son adversaire, jusqu’à le dépasser à vingt-cinq tours du drapeau à damier et un accident dans le virage n°3, dont l’origine est un tassement de Sébastien Bourdais sur Graham Rahal qui se solde par plusieurs contacts entre les deux pilotes à plus de 220 mph !

Zach Veach, Charlie Kimball ou encore Felix Rosenqvist ne parviennent pas à éviter l’accident, au contraire de James Hinchcliffe. Afin d’avoir un maximum de tours sous drapeau vert, les officiels prennent la décision de sortir le drapeau rouge le temps du nettoyage de la piste. Spencer Pigot, qui ne s’est pas encore arrêté est alors leader, mais passe par la voie des stands lorsque le drapeau jaune est de retour après 18 minutes sous le régime du drapeau rouge.

2 comments on “Simon Pagenaud vainqueur des 500 Miles !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.