Erik Jones s’offre les Southern 500 !

Malgré la pression de Kyle Larson, puis en fin de course de son coéquipier Kyle Busch, Erik Jones a tenu bon pour s’offrir une victoire de prestige lors des Southern 500.

Pour son centième départ en Monster Energy NASCAR Cup Series, Erik Jones termine sur la Victory Lane à l’occasion d’une des épreuves les plus presitgieuses de la NASCAR, les Southern 500 sur le Darlington Raceway.

Après la course estivale de Daytona la saison dernière, Erik Jones s’offre un nouveau monument, mais cette fois-ci il a fallu être très patient, bien plus que d’habitude à Darlington, puisque la météo a décidé de jouer des siennes et de reporter le départ de la course de pratiquement quatre heures.

« Je suis vidé, mentalement et physiquement. Kyle (Busch) a poussé aussi fort qu’il pouvait. Il n’y a rien d’autre à dire, il y a tant eu de spéculations. »

Erik Jones

Kyle Busch a tout tenté pour ne pas être encore une fois battu par l’un de ses coéquipiers, mais le leader du classement général a tapé le mur à plusieurs reprises dans les deux derniers tours, ce qui lui a fait perdre le contact avec Erik Jones, puis avec Kyle Larson pour la deuxième place. Il sauve malgré tout une troisième place et accentue son avance en tête du classement général.

Kevin Harvick termine quatrième, devant Brad Keselowski, Clint Bowyer, Kurt Busch, Matt DiBenedetto, Brad Keselowski et Austin Dillon pour le top 10.

Les mauvaises conditions météorologiques ont remporté le départ de la course de la près de quatre heures, mais une fois lancés, les Bojangles’ Southern 500 ont pu se dérouler dans leur intégralité.

À l’issue du premier segment dominé par Chevrolet qui place quatre pilotes dans les six premiers, dont trois aux trois premières places avec Kurt Busch, Jimmie Johnson et Kyle Larson, le pilote de la Hendrick Motorsports fait une opération en marquant neuf points de bonus au championnat, ce qui lui permet de faire un rapproché sur ses rivaux en vue des dernières places qualificatives pour les playoffs.

En plein cœur du deuxième segment, Ryan Newman perd le contrôle de sa Ford Mustang n°6 après une poussette de Daniel Suárez, l’un de ses adversaires dans la lutte pour les dernières places qualificatives en playoffs. Le pilote dela Roush Fenway Racing parviendra à revenir dans le tour du leader grâce au free pass lors de la neutralisation suivante causée par un tête-à-queue de Corey LaJoie à la suite d’une crevaison à l’arrière droit.

Contraint de partir de l’arrière du peloton à la suite d’un changement de moteur, Kyle Busch montre rapidement qu’il dispose d’une excellente voiture et remonte rapidement dans le top 15, puis le top 10, avant de prendre les commandes de la course dans le deuxième segment.

La prise de pouvoir de Kyle Busch correspond avec la montée en puissance de la Joe Gibbs Racing durant cette avant-dernière cours de la saison régulière. L’écurie de Joe Gibbs domine le début du dernier segment avec trois pilotes aux trois premières places, Kyle Busch devançant Denny Hamlin et Erik Jones.

À l’entame des cent derniers tours Daniel Hemric part à la faute et de nombreux pilotes sont impliqués, Michael McDowell, Denny Hamlin, Kurt Busch, Ty Dillon ou encore William Byron et Jimmie Johnson.

Lors de la relance, Kyle Larson et Erik Jones s’écharpent pendant plusieurs tours pour la première place, jusqu’à ce que le pilote de la Joe Gibbs Racing prenne le meilleur, mais son rival de la Chip Ganassi Racing refuse d’abdiquer et essaye différentes trajectoires, pour faire plier Erik Jones.

À moins de cinquante tours du drapeau à damier Martin Truex Jr. donne le coup d’envoi du dernier passage par la voie des stands sous drapeau vert. Si Erik Jones conserve les commandes, ce n’est plus Kyle Larson qui le menace, pour la tête de la course, mais son coéquipier Kyle Busch. Troisième Kyle Larson, reste à l’affut, au contraire du reste du peloton relégué à près de dix secondes.

La semaine prochaine l’Indianapolis Motor Speedway sera le théâtre de la finale de la saison régulière. Ainsi, les seize prétendants au titre seront connus.

Les dix vainqueurs de la saison sont qualifiés pour les playoffs, tout comme quatre pilotes sans victoire, Ryan Blaney, Kyle Larson, William Byron et Aric Almirola. Les deux dernières places se joueront entre Clint Bowyer, Daniel Suárez, Ryan Newman et Jimmie Johnson. Ce sont pour l’instant les deux pilotes de la Stewart-Haas Racing qui ont l’avantage, mais leur marge est des plus ténues.

Qualifications
Grille de départ
Résultats
Classement pilotes
Classement propriétaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.