16 ans après, Kevin Harvick revient sur la Victory Lane à Indy

Victorieux en 2003 de la course d’Indianapolis en Monster Energy NASCAR Cup Series, Kevin Harvick a attendu 16 ans pour revenir sur la Victory Lane à Indianapolis !

Dominateur tout au long de la course avec 118 des 160 tours passés en tête, Kevin Harvick n’a laissé aucune chance à ses rivaux en fin de course pour décrocher sa seconde victoire à Indianapolis, seize ans après la première. Le pilote de la Stewart-Haas Racing s’impose alors que Clint Bowyer et Ryan Newman se qualifiernt pour les playoffs.

La seule fois de la course lors de laquelle Kevin Harvick a relancé à l’intérieur il a perdu les commandes de la course. Toutes les fois, lors desquelles il a relancé de l’extérieur il a conservé les commandes. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi l’extérieur lors de l’ultime relance à moins de dix tours du drapeau à damier.

Le pilote de la Stewart-Haas Racing a résisté à Joey Logano avant de s’envoler et de couper la ligne d’arrivée avec plus de six secondes d’avance sur Joey Logano.

« Enfant, je regardais Rick Mears gagner l’Indy 500, alors gagner ici avec son numéro, cela signifie beaucoup. Tous ces gars ont construit une sacré voiture. Les neutralisations sont toujours allées dans notre sens et j’ai pu garder le contrôle de la course. »

Kevin Harvick

Kevin Harvick devance Joey Logano, Bubba Wallace, William Byron, Clint Bowyer, Denny Hamlin, Ryan Blaney, Ryan Newman, Chase Elliott et Paul Menard pour le top 10 de cette dernière course de la saison régulière.

Parti de la pole position, Kevin Harvick domine le premier segment de la course, mais une coup stratégique de Joey Logano lors d’une neutralisation à dix tours de la fin le prise d’une nouvelle victoire de segment.

Ce drapeau jaune est causé par un violent accident de Landon Cassill dans le virage n°1 à la suite d’une crevaison. Dans l’avant-dernier tour, un nouvel accident, cette fois-ci dans le virage n°2 avec Brad Keselowski et Erik Jones est à l’origine de la fin du segment sous drapeau jaune et surtout d’un drapeau rouge pour réparer les dégâts causés par la sortie de Brad Keselowski. Le pilote de la Team Penske sera d’ailleurs très critique en interview, estimant qu’il était temps pour la NASCAR d’effectuer une nouvelle révolution liée à la sécurité.

Alors que Kevin Harvick continue de dominer durant le deuxième segment de la course, Kyle Busch est contraint à l’abandon pour la première fois de la saison. C’est une casse moteur qui force le leader du championnat à abandonner à dix tours de la fin du deuxième segment, alors que les arrêts avaient débuté sous drapeau vert quelques tours auparavant.

Kevin Harvick reprend les commandes après le passage par les stands des pilotes qui ne s’étaient pas arrêtés sous drapeau vert. Le pilote de la Stewart-Haas Racing domine Kyle Larson lors de la relance et boucle les six derniers tours derrière la voiture de sécurité pour un débris dans la ligne droite arrière.

Dès la relance du dernier segment, Jimmie Johnson perd toute ses chances de qualification pour les playoffs sur un accident dans le virage n°2 alors qu’il était à l’intérieur de son coéquipier William Byron et de Kurt Busch.

Ryan Blaney prend les commandes de la course au moment de la relance. Alors que Daniel Suárez vient de s’arrêter pour un arrêt imprévu et que Kevin Harvick est dans les stands, Kyle Larson part à la faute dans le virage n°2 ce qui conduit à une nouvelle neutralisation et à un arrêt collectif sous drapeau jaune.

Malgré divers accidents venant ralentir le rythme, Kevin Harvick poursuit sa domination sur l’Indianapolis Motor Speedway.

La saison régulière est donc terminée et les playoffs s’ouvriront dimanche prochain en nocturne sur le Las Vegas Motor Speedway avec seize pilotes en lice pour le titre.

Qualifications
Grille de départ
Résultats
Classement pilotes
Classement propriétaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.