Tony KANAAN si près de la victoire encore une fois.

En 2004, la pluie avait raccourci la course de 20 tours et ainsi empeché Tony KANAAN de se batailler avec Buddy RICE jusqu’à l’arrivée du Tour 200. Cette année, la pluie aurait pu être son alliée mais encore une fois elle lui joua un bien vilain tour.

Première étape : Nous sommes peu après le Tour 110 et Tony mène la course lorsque survient la pluie qui entraîne un drapeau rouge. A ce moment-là il peut être déclaré vainqueur car plus de la moitié des tours ont été effectués mais personne ne peut dire si l’averse est passagère ou définitive. Les officiels de la course attendront avant de prendre leur décision et la pluie s’arretera et la piste sera sechée afin de permettre aux voitures de reprendre la piste après 2 heures 57 minutes d’arrêt.

Seconde étape : La course reprend et Tony conserve son leadership et bataille fermement pendant 20 tours avec ses équipiers que sont Danica PATRICK et Marco ANDRETTI. Au 150ème tour, c’est alors Sam HORNISH Jr qui se retrouve en lutte avec Tony et tout semble aller pour le mieux.

Troisième étape : C’est ici que les problème vont commencer pour Tony. Au Tour 155, il ravitaille et laisse le commandement à Dario FRANCHITTI. Le tour suivant, Tony est dans le peloton et doit effectuer un sauvetage miracle après avoir évité la voiture de Jacques LAZIER qui vint de frapper le mur à la sortie du virage 3. Il se sauve d’un 360° complet et ne touche aucun mur mais doit repasser par la voie des stands. Il retombe alors en 17ème position.

Les espoirs de victoire de Tony viennent de s’envoler. Il finira 11ème car la pluie sera de retour quleques minutes plus tard.

Je n’ai pas compris ce qui s’est passé lors de ce restart. Je n’ai même pas eu le temps de voir qui  frappait le mur devant le moi. J’ai lancé la voiture de travers et j’ai essayé de ne rien toucher. Ca a marché mais je savais que la course était foutue pour moi. Ce sont les choses qui arrivent à Indy mais je suis quand même déçu car ma voiture était la meilleure que je n’aie jamais eu ici.

En six participations à Indy, Tony ne s’est jamais élancé de la grille hors du Top-5. En 2005 il avait même signé la pole.

Il ajoute : “Si cette journée ne m’a pas réussi, je dois dire que je suis par contre très heureux pour Dario et toute son équipe. Si j’avais du choisir avant le départ quelqu’un pour me battre, c’est lui que j’aurais choisi. Si il n’avait pas été chez Andretti Green Racing, jamais je ne serai venu dans l’équipe car c’est un de mes meilleurs amis et je suis vraiment très heureux pour lui. Il mérite cette victoire car c’est un chic type.

Cliquez sur l’image de la news pour avoir une vue élargie

eget venenatis vel, ut et, commodo Aliquam ante. Lorem Curabitur quis, elementum