Deux équipes dominent les short tracks.

Ces trois dernières années, les shorts tracks ont vu la domination de deux équipes : Penske Racing et Andretti Green Racing. Continueront-ils cette domination ce samedi soir à Richmond pour le SunTrust Indy Challenge ?

Les pistes. Phoenix (2005), Milwaukee (depuis 2005), Richmond (depuis 2005), Pikes Peak (2005) et Iowa (2007).

Les vainqueurs. Sam HORNISH Jr et Helio CASTRONEVES pour Penske. Tony KANAAN et Dario FRANCHITTI pour Andretti Green Racing.

Résultats.

Penske : Six poles et onze départs dans le Top 5. Quatre victoires et cinq arrivées dans le Top-5

Andretti Green Racing : Aucune pole et six départs dans le Top-5. Trois victoires et sept arrivées dans le Top-5.

L’année dernière Sam HORNISH Jr avait remporté la course de Richmond et succédait ainsi à son co-équipier vainqueur en 2005 (CASTRONEVES) au palmarès. De leur coté KANAAN et FRANCHITTI ont gagné les trois dernières courses “short tracks”. Pour cette saison, Richmond est la dernière course sur une piste faisant moins d’un mile.

Pour Sam HORNISH Jr : “Richmond est un vrai circuit de pilotage. Il faut vraiment beaucoup de finesse pour l’apprivoiser et je pense y avoir une bonne expérience grâce à mes deux victoires. L’année dernière, la course n’aurait pas pu meilleure pour nous car la voiture y était tout simplement parfaite et l’équipe avait très bien travaillé. De mon coté je suis resté patient avec le trafic. La patience est la clé de la victoire à Richmond car vous ne devez pas vous tromper lors d’un dépassement sous peine d’aller à la faute.

Pour Dario FRANCHITTI, vainqueur la semaine dernière sur l’Iowa Speedway, a enregistré deux Top-3 ces deux dernières années à Richmond.

Il déclare : “J’adore venir à Richmond. C’est une piste assez difficile car la gestion du trafic n’y est pas évidente. Ces deux dernières années nous avons bien roulé et j’espère que cette année je pourrais ramener à l’équipe une nouvelle victoire.

Ces six dernières années, le vainqueur de Richmond a été titré en fin de saison à trois reprises. Chaque champion IndyCar a toujours fini dans le Top-5 l’année où il a été sacré.

facilisis ut suscipit libero massa Curabitur felis ut ultricies justo Praesent