Jacques Villeneuve : débuts difficiles à Daytona

Jacques Villeneuve nous avait offert une énorme surprise pour ses débuts à Talladega, en fin de saison dernière. Qualifié sixième avec sa Toyota Camry, le Québécois s’était effacé lors des tours de chauffe afin de ne pas gêner les leaders. Au terme de cette course il accrochait la 21ème position.

Pour sa première apparition sur le Daytona International Speedway, on attendait de Villeneuve des performances semblables à celles affichées en Octobre dernier dans l’Alabama. Après des premiers essais libres très convaincants, il semblait que la Toyota numéro #27 pouvait espérer faire partie des voitures qualifiées pour les 50ème Daytona 500. Hélas après un bon début de course qui voyait Villeneuve dans les pares-chocs des leaders, sa voiture se fit nerveuse et l’on vit Villeneuve dans ses oeuvres, corriger une superbe dérobade du train arrière à la sortie du Turn 4. A partir de ce moment, il regagnait le peloton au fil des tours.

Soudain, stupeur sur l’oval,. Villeneuve est impliqué dans un crash emmenant avec lui deux autres voitures dont celle de Stanton Barrett. La cause du crash du Canadien est la suivante. John Andretti était en train de dépasser Villeneuve à l’extérieur. Villeneuve a dévié légèrement de sa trajectoire et à levé le pied quelques centièmes de secondes afin de se replacer un peu plus à l’intérieur. Mais une des nombreuses bosses de Daytona était sur son passage. La voiture déséquilibrée à la fois par la bosse, puis par la très légère décélération est partie en tête-à-queue sur la partie plate de l’oval. Villeneuve en essayant de rattrapper la voiture a contrebraqué et à ce moment, la Toyota est venu remonter sur l’oval, percutant le pauvre Barrett.

Voici les déclarations de Jacques Villeneuve après l’accident :
Au moins il n’y aura pas de sponsors en colère.“, plaisantait-il. “La voiture était juste un petit trop sur-vireuse et je suis partie en travers plusieurs fois. Je savais qu’à un moment, ça allait me rattrapper. Mais ma voiture était plutôt rapide.

C’est très très décevant, mais nous avons eu une terrible journée hier. (ndlr : la journée d’essai de mercredi.) La voiture ne fonctionnait pas. Nous avons trouvé le problème, nous l’avons corrigé, mais nous n’étions plus très certains de ce que l’équilibre allait donner. Et c’était juste trop nerveux.

mattis ipsum tristique Sed dolor. sem, ipsum Curabitur ut Nullam eleifend