Indianapolis 500 : Faits marquants

Scott Dixon a remporté l’Indianapolis 500 pour la première fois de sa carrière en six départs. C’est également sa douzième victoire de sa carrière et sa seconde de la saison après celle décrocher sur l’Homestead-Miami Speedway.

Le Néo-zélandais a empoché un chèque de 2 988 065 dollars, ce qui est le nouveau record. A noter que cette course n’offrait pas moins 14 406 580 dollars de gains, ce qui en l’édition la plus richement dotée de l’histoire.

C’est la troisième victoire aux 500 miles pour Chip Ganassi. Il égale ainsi Mike Boyle, Leader Card et Pat Patrick comme le troisième propriétaire le plus victorieux. Ganassi s’était imposé en 2000 avec Juan Pablo Montoya et en 1989 avec Emerson Fittipaldi. A noter qu’en 1989 il était co-propriétaire de la monoplace avec Pat Patrick.

Pour la quatrième fois de l’histoire des 500 miles la monoplace n°9 s’est imposée. La dernière fois c’était en 2000 avec le Colombien Montoya. Le chiffre le plus vu sur la victory lane reste le 3 avec 10 courses remportées.

C’est la première fois qu’un Néo-zélandais remporte l’épreuve.

Dixon a mené 115 tours, il s’agit du plus grand nombre de tours menés par un vainqueur depuis Juan Pablo Montoya en 2000 et ses 167 boucles parcourues en tête. C’est la troisième fois de l’année que Dixon mène le plus de tours. A Motegi il avait occupé la tête pour 101 tours alors qu’au Kansas il était apparu en tête à 145 reprises mais à chaque fois il n’avait pu faire mieux que troisième.



Vitor Meira, l’éternel second.

© Jim Haines / Indy Racing League

Pour la seconde fois de sa carrière Vitor Meira a pris la seconde place de l’Indy 500. Deuxième en 2005, il compte cinq top-10 en six départs à Indianapolis.

Ed Carpenter s’est classé cinquième ce qui constitue son meilleur résultat dans l’Indiana. Jusqu’alors il s’était classé onzième en 2005 en 2006. C’est aussi la troisième fois de sa carrière qu’il termine cinquième (Homestead-Miami cette année et Chicago en 2006.).

Sixième de l’épreuve, Ryan Hunter-Reay a égalé sa meilleure place à l’arrivée. Il s’était déjà classé sixième au Michigan l’an dernier.

Meilleur rookie de la course en septième position, Hideki Mutoh a signé son troisième top-10 de la saison.

Vainqueur en 2004, Buddy Rice a terminé huitième il s’agit de son premier top-10 autre que sa victoire. Il s’était classé onzième en 2003 et 25ème ces deux dernières années.

Quatrième de la course, Helio Castroneves est le meilleur des anciens vainqueurs à l’arrivée.

Darren Manning a pris la neuvième place, son meilleur résultat à Indianapolis en quatre départs. Jusqu’à présent il devait se contenter de sa vingtième place obtenue l’an dernier.

Pour son second départ sur l’Indianapolis Motor Speedway, Townsend Bell a pris la dixième place. Il était 22ème à l’arrivée en 2006.



Le vainqueur 1996 a fait parler son expérience.

© Shawn Payne / Indy Racing League

Vainqueur en 1996, Buddy Lazier n’a pu rééditer son exploit douze ans après. Mais il a gagné 15 positions ce qui fait de lui le pilote qui a le plus progressé durant la course. Après être parti 32ème il a fini 17ème.

Scott Dixon s’est imposé depuis la pole position, c’est la dix-neuvième fois que le poleman réussit à s’imposer.

Dixon reprend la tête du championnat à Castroneves pour 15 points. Dixon était en tête à l’issue de la première course avant de laisser sa place au Brésilien qui menait depuis la course de St. Petersburg.

Quinze pilotes ont terminé dans le tour du leader. Le record date de 1959 avec seize monoplaces dans le tour du vainqueur. Les deux seules fois ou quinze pilotes ont terminé dans le même tour c’était en 1962 et 1931.

Neuf pilotes se sont retrouvés en tête de la course. Le record est de 12 en 1993. Les éditions de 1980, 1995 et 1998 avaient vu dix pilotes différents se partager la position de tête. Alors qu’en 1981, 2002, 2004 et 2007 neuf pilotes avaient occupé la première place.

Marco Andretti a signé le meilleur tour de la course en 224,037 mph au 161ème passage. Il imite ainsi son père (1992) et son grand-père (1978) qui ont réalisé cet exploit par le passé.

Buddy Lazier a bouclé 195 tours ce qui fait que dans sa carrière il a complété 6 665 miles sur l’Indianapolis Motor Speedway. Il dépasse ainsi Michael Andretti à la huitième place des pilotes ayant effectué le plus de miles à Indy.



Helio n’a pu rééditer ses exploits de 2001 et 2002.

© Steve Snoddy / Indy Racing League

Helio Castroneves s’est classé dans le tour du leader pour la septième fois de sa carrière en huit départs à Indianapolis. La seule fois ou il n’a pu finir dans le tour s’était en 2006 des suites d’un accident.

Mario Moraes et Ed Carpenter sont les deux seuls pilotes à avoir mené à Indianapolis pour la première fois de leur carrière, ils ont tous les deux menés trois tours. Le premier cité devient le troisième plus jeune pilote à mener à Indy à l’âge de 19 ans et 156 jours. Il est devancé par Marco Andretti (19 ans et 76 jours en 2006.) et Josele Garza (19 ans et 70 jours en 1981.).

En prenant la tête au 136ème passage, Moraes est devenu le 56ème pilote à mener l’Indianapolis 500 pour son premier départ et le 193ème pilote différent à s’être retrouvé en tête de cette épreuve.

Dan Wheldon a mené 30 tours ce qui porte son total à 234 tours et en fait le pilote en activité ayant le plus mené à Indianapolis.

Dans l’histoire des 500 miles d’Indianapolis, 38 fois le pilote qui menait au centième tour s’est imposé. Mais cette statistique a fortement diminué au cours des deux dernières décennies puisqu’elle s’est vérifiée seulement trois fois ces 21 dernières années (en 1989, 1997 et 2000.). Tony Kanaan était en tête à mi-course et n’a pu s’imposer suite à son accident au 105ème tour.

Parmi les trente-trois engagés dix utilisaient un numéro qui ne s’était jamais imposé. Les numéros 10, 11, 18, 19, 22, 33, 41, 67 et 02 n’avaient jamais vu la victory lane. C’était la première fois que le 06 était utilisé à Indianapolis. Cependant les numéros 11, 11, 18, 19, 22 et 33 ont pour meilleur résultat une seconde place.

Graham Rahal était le plus jeune pilote au départ et il a été le premier à abandonner. Il a été imité quelques tours plus tard par Marty Roth, le plus âgé.



Encore raté pour Tony.

© Chris Jones / Indy Racing League

Tony Kanaan est devenu le premier pilote a mener sept fois consécutivement à Indianapolis lorsqu’il a pris la tête au 94ème tour. Il partageait jusque là le record avec Rick Mears qui avait mené de 1979 à 1984. Kanaan a mené 12 tours et comptabilise désormais 214 boucles en tête.

Quand Marco Andretti a pris la tête au 122ème passage, il est devenu le deuxième Andretti a mener trois fois consécutivement à Indy. C’est Mario qui en 1993 avait réalisé cet exploit en menant à l’âge de 53 ans. Depuis Super Mario n’a plus mené le moindre tour sur l’ovale qui l’avait fait roi en 1969.

Suite à son accident à la sortie des stands avec Ryan Briscoe au 171ème tour, Danica Patrick a dû abandonner. C’est la première fois en quatre départs à Indy qu’elle ne termine pas dans le tour du leader.

consectetur ut dolor. risus. elementum tempus