Edwards s’impose et réduit l’écart avec Johnson au championnat

“Rien n’est terminé tant que ce n’est pas terminé” cette célèbre phrase du légendaire joueur de Baseball Yogi Berra pourrait bien s’appliquer à la saison 2008 de NASCAR Sprint Cup. Carl Edwards doit en tous les cas l’espérer. Le pilote originaire du Missouri et qui s’est fait les dents sur les dirt tracks du Midwest, a dominé dimanche l’épreuve des Dickies 500 sur Texas Motor Speedway et remporté sa deuxième victoire de suite.

Ce succès permet à Edwards de réduire considérablement l’avance du leader du championnat Jimmie Johnson alors qu’il ne reste que deux courses au calendrier de la saison 2008 de NASCAR Sprint Cup.

Edwards a, une nouvelle fois, retrouvé la ‘Victory Lane’ grâce à une stratégie audacieuse et un pari fou en fin de course. Alors que quasiment tout le peloton avait changé deux pneumatiques seulement, Edwards et son équipe de la Ford n°99 ont préféré en changer quatre.

Dans le peloton en fin de course, Edwards a ensuite vu tous les leaders repasser au stand pour effectuer un nouveau changement de pneumatiques et surtout ajouter quelques litres de carburant. Obligé de marquer des gros points pour rester dans la course au titre, Edwards a alors fait le pari de rester en piste et jouer la victoire à la consommation alors qu’il restait encore 12 tours à boucler. Ce pari c’est révélé payant et Edwards s’est finalement imposé devant Jeff Gordon également sur une stratégie de consommation.

Edwards était arrivé au Texas avec 183 points de retard sur Johson, mais il n’en a maintenant plus que 106. Johnson a réussi à terminer 15ème malgré une course très difficile. Cette victoire est la huitième de la saison pour Edwards. Jamie McMurray, un moment leader, a terminé troisième devant Clint Bowyer, Greg Biffle, Kyle Busch, Kevin Harvick, Martin Truex, Jr., Matt Kenseth et David Reutimann. Dale Earnhardt, Jr., a finalement coupé la ligne à la 20ème place.

Cette victoire est la 10ème de Ford cette saison qui se relance dans la course au titre des constructeurs où la marque à l’ovale est en lutte avec Chevrolet et Toyota.

L’auteur de la pole position Jeff Gordon avait rapidement pris l’avantage sur Bowyer en début de course. Le jeune Brad Keselowski avait ensuite été flirter avec le mur après quelques tours, mais avait réussi à garder le contrôle de sa voiture. Dans le même temps, Bowyer était revenu sur Gordon et le dépassait pour prendre la tête du peloton au 16ème tour. Earnhardt, qui s’était élancé depuis la cinquième place, profitait de l’occasion pour lui aussi dépasser Gordon. David Reutimann a été très impressionnant en début de course tout comme Juan Pablo Montoya, les deux pilotes pointant rapidement dans le Top10.

En 30 tours, Reutimann était passé de la 12ème à la deuxième place derrière Bowyer. Edwards, de son côté, pointait à la troisième place après s’être élancé en 16ème position.

Reutimann a pris l’avantage sur Bowyer au tour 49, mais au jeu des ravitaillements sous drapeau vert, Bowyer a repris la tête devant Edwards et Reutimann. Au tour 57, Reed Sorenson a explosé son moteur déclenchant le premier drapeau jaune de la journée. Lors du restart au tour 65, Edwards pointait en tête devant Bowyer deuxième. Venaient ensuite Biffle, McMurray, Reutimann, Montoya, Gordon, Truex, Kyle Busch, Kasey Kahne et Kenseth. En raison d’un passage en stand supplémentaire, Earnhardt avait chuté à la 16ème place alors que Johnson, en difficulté, pointait seulement à la 21ème position.

Au 96ème tour, Edwards a pris un tour au leader du championnat Johnson, sous les ovations du public. Johnson, dont la voiture était particulièrement lente était alors curieusement très silencieux dans sa radio. Après une nouvelle série de ravitaillements, Johnson pointait en 30ème position et les leaders de la course étaient déjà totalement hors de sa portée.

Edwards était clairement au-dessus du lot et il a pris un tour au double champion de la NASCAR Tony Stewart lors de la 143ème boucle. Après une neutralisation pour débris et un restart au 148ème tour, Edwards pointait en tête devant Biffle, McMurray, Brian Vickers, Bowyer, Kyle Busch, Reutimann, Montoya, Truex et David Ragan.

A la mi-course, Edwards comptait pas moins de cinq secondes d’avance sur ses poursuivants et Johnson coupait la ligne en 23ème position à un tour.

leo. libero. id sit ut ut