Damien Pasini revient sur sa course de Speed Car Series à Dubai

Damien Pasini est un jeune pilote français qui a décidé de participer cette saison au championnat des Speed Car Series. Passionné de NASCAR, le lien avec US-Racing s’est donc fait naturellement.
De retour en France, il revient en exclusivité pour US-Racing.com sur sa première course en Speed Car Series au côté d’anciens pilotes de Formule Un.

Premièrement, j’avais effectué le meilleur temps de la session jeune pilote Speed Car sur le circuit de Dubai en avril 2008. Ce qui m’a permit d’être le premier sur la longue liste d’attente des jeunes pour la saison 2.

 
Mais jusqu’à la dernière minute, je ne savais pas encore si je pouvais participer à ce championnat, car beaucoup d’ex-pilote de Formule 1 voulaient y rentrer, mais j’ai réussi à m’insérer dans la circulation grâce à un harcèlement téléphonique de dernière minute.

 
Je reconnais que le directeur de l’organisation Claudio Berro m’a fortement aidé dans ma démarche.
Car il savait que j’avais toutes mes chances de faire mes preuves autour de ce magnifique plateau et que je figurerais en position “d’outsider”.

 
Je pense m’être fait remarqué à plusieurs reprises aussi cette année 2008 en GT EUROPE OPEN avec 1 victoire, 4 podiums et 1 pole position.

 
Bien sûr pour moi, participer à ce championnat de Speed Car est un “dream” car je rêve constamment de la continuité de ma carrière aux USA. Et j’avoue aussi que ça me fait du bien d’avoir ma voiture pour moi tout seul, ce n’est pas une sensation égoïste, c’est juste un plaisir à 100%. (NDLR : en GT on partage la voiture avec un ou plusieurs coéquipiers).

 
Donc me voilà, lundi sur internet à prendre le billet d’avion pour partir le lendemain à Dubai avec l’unique intention de jouer les troubles faits face aux ex-pilote de F1 car je n’ai pas de contrat pour la saison, je suis pour l’instant convier à cette première course, autrement dit : FULL ATTACK. Arrivé là bas, je fis la connaissance du team JMB RACING, et de mon coéquipier Johnny Herbert, je ne pouvais pas tomber mieux : Johnny a gagné le championnat de Speed Car Saison 1, c’est le repère parfait. L’équipe est à son baptême, elle ne connaît pas encore la voiture.

 
Dès les essais libres on a connu quelques difficultés à régler la voiture qui est assez sous vireuse de base mais on a pu peu à peu améliorer et surtout la comprendre : pas évident à régler une voiture née pour les ovales. Son couple est impressionnant sa répartition de poids est asymétrique. Ce qui rend son comportement imprévisible et surtout elle est très nerveuse, j’ai vraiment la sensation de faire du rodéo avec ses 620cv pour 1400kg.

Mais je prends vraiment mon pied, elle est si difficile à conduire, mais une fois cernée, elle vous procure un réelle plaisir, un plaisir rare. Je pense avoir le style de pilotage de cette voiture, ce qui m’a certainement aidé à me familiariser avec elle assez rapidement aussi bien durant les essais d’avril 2008, que la semaine dernière.

C’est un style très ON-OFF, c’est à dire que qu’il ne faut la laisser le moins de temps possible en roule libre donc ce qui exige de freiner assez tard, de porter le frein jusqu’au point de corde et là c’est un grand coup de pied dans l’accélérateur pour faire lever la roue avant en sortie de virage afin d’imposer la répartition des masses sur le train arrière afin d’asseoir la voiture pour bénéficier d’une bonne motricité. Je l’avais dit ce style de voiture n’a aucune logique, ce qui en fait sa beauté.

 
Lors de la qualification notre set up n’était pas encore aboutit, mon coéquipier J.Herbert a fait un meilleur temps que moi 0,1s dans le dernier tour mais qu’importe. Je me compare évidemment à ce vainqueur de la saison 1 car il est aussi mon coéquipier. C’est pour l’instant le seul moyen de comparaison que j’ai, car nous ne sommes en aucun cas comparable aux autres équipes qui ont pu pratiquer de nombreux tests d’avant saison.

 
Lors de la course 1, parti 10ème, j’ai réussit à remonter à la 5ème place, j’ai même doublé à 3 reprises J.HERBERT mais il m’a recroisé à chaque fois : il freine très tard et moi aussi , j’ai juste essayé de freiner 1m plus tard sachant que c’était déjà “over limit” : c’est ça la Speed Car c’est du Full Attack en permanence. La dernière fois que j’ai essayé, j’ai réussi à conserver à lui prendre la 4ème place mais malheureusement la transmission arrière gauche s’est cassé dans l’avant dernier tour de course ce qui m’a contraint à fortement ralentir et je suis arrivé laborieusement à franchir la ligne “piano piano” à la 8ème place.

 
Je finis avec une transmission cassée et la roue arrière gauche dégonflée. Je pense que la crevaison lente a amené la casse…

 
Les mécanos du team JMB Racing sont venus quand même me féliciter car devant leur écran il ont pu remarquer le spectacle entre Herbert et moi durant les derniers tours, ils m’ont dit :

“On aurait dit une course de moto GP, lors de tes essais de dépassements sur J.HERBERT, durant le freinage tardif, tu avais les roues arrières qui ricochaient sur le sol comme une moto GP en début de freinage.”

et pour me remonter le moral :

“dmn, demain tu pars en pole et on a toutes nos chances de faire bien”,

en Speed Car les 8 premiers de la course 1 se retrouvent en grille inversée à la course 2.

 
Mais malheureusement le lendemain, la course a été annulée en raison de la pluie et je n’ai pas pu faire mes preuves, moi qui avait toutes les possibilités d’amener la voiture en tête jusqu’à l’arrivée, j’avoue que j’étais vraiment en forme.

Et on avait améliorer encore le set up après notre debriefing en vue de la course 2. Cette course 2 m’aurait aussi permit de pouvoir montrer mon potentiel car je suis en recherche de sponsor et partir en pole position ça aide beaucoup.

 
Voilà, je retourne maintenant à Nice, déçu certes. Je suis en train de lancer des mails au niveau de l’organisation pour qu’il report cette course et surtout avec ce classement sur la grille de départ : par exemple, le championnat Speed Car Series repassera à Dubai le 26  février et le 24 avril aussi, alors pourquoi ne pas faire 3 courses au lieu de 2.

 
Je suis en train aussi de pousser pour pouvoir participer à la deuxième course, celle de Bahrain le 22 janvier. Il faut qu’il me laisse une chance et aussi il faudrait qu’il laisse une chance à l’équipe de faire un jour de test car pour l’instant nous n’avons pas encore trouver le set-up de base de la voiture.

 
Je pense avoir été convainquant par rapport à mon seul repère du week-end : J. Herbert.

Pourquoi dmn sur la voiture ?
C’est mon pseudo, mon premier manager en karting m’appelait ainsi : c’est DaMieN sans les voyelles.

Pourquoi le chiffre 13 ?
C’est mon chiffre préféré, je suis né avec… 😉 (bouches du rhône)

Voilà dès que j’ai du nouveau je vous tiens au courant.

DMN !

Pour plus d’informations sur Damien PASINI: www.dmn-racing.com

facilisis dolor porta. felis amet, ipsum diam commodo vel, risus efficitur. venenatis