2008, une saison mi-figue, mi-raisin pour Denny Hamlin

Bien que la Joe Gibbs Racing soit passée en Toyota à l’issue de la saison 2007, Denny Hamlin faisait, comme ses coéquipiers, figure de chaser potentiel à condition que la Joe Gibbs Racing tire le constructeur japonais vers le haut.

Dès Daytona il était clair que Toyota avait fait une bonne opération, puisque la Joe Gibbs Racing était aux avant-postes et que les autres équipes équipées du matériel nippon avaient progressé. Denny Hamlin se permettait de remporter sa Gatorade – course qualificative des Daytona 500 – devant son équipier Stewart.

Lors des Daytona 500, Hamlin allait mener 32 tours avant de se classer dix-septième, une déception pour le pilote de la Toyota Camry n°11 aux vues des performances de ses équipiers en fin d’épreuve.

En Californie, Denny Hamlin est rapidement parti à la faute, perdant de nombreux tours pour réparer, ce sera finalement une quarante et unième place à l’arrivée. Il faudra attendre Las Vegas pour voir Hamlin rentrer sur une bonne dynamique.

Neuvième à Vegas pour son premier top-10 de l’année, il signait une quinzième place à Atlanta. Alors qu’il prenait la tête à Tony Stewart à quelques tours du drapeau à damier lors de l’épreuve de Bristol, Hamlin sera victime de quelques problèmes et terminera sixième.

Qualifié sur la première ligne à Martinsville, Denny Hamlin allait résister à la Hendrick Motorsports en fin d’épreuve pour décrocher sa première victoire de la saison dans une course officielle.

Sur le Texas Motor Speedway, Hamlin allait continuer sur sa bonne dynamique avec une cinquième place avant de prendre la troisième des épreuves de Phoenix et de Talladega.

Chez lui, sur l’ovale de Richmond, Denny Hamlin a signé la pole position et écrasait totalement la course puisqu’il a mené 381 des 410 tours, mais à quelques tours du but il a été victime d’une crevaison et a dû se résoudre à abandonner la victoire, la mort dans l’âme. Il terminera finalement vingt-quatrième à trois tours du vainqueur.

C’est à Darlington, que le pilote de la Joe Gibbs Racing terminera sa bonne série avec une septième place finale. En effet, sur le Lowe’s Motor Speedway, il terminera vingt-quatrième à un tour avant d’enregistrer son premier abandon de la saison à Dover suite à un accident dès le seizième tour.

Après sa dernière place de Dover, Hamlin a rebondi à Pocono avec une troisième place, mais de nouveau il allait signer deux courses en dehors du top-10, une quatorzième place puis une vingt-septième place au Michigan puis à Sonoma.

Huitième au New Hampshire il allait de nouveau enregistrer deux résultats blancs, une vingt-sixième place à Daytona puis une quarantième à quatre tours à Chicago.

Le pilote de la Joe Gibbs Racing se sortait de la mascarade d’Indianapolis avec une troisième place, mais il continuait à faire le yo-yo au niveau de ses résultats puisqu’il signait une vingt-troisième place à Pocono, une huitième à Watkins Glen, puis une trente-neuvième au Michigan suite à des problèmes moteurs dans les derniers tours. C’est d’ailleurs à Brooklyn qu’il enregistrait son deuxième abandon de la saison.

Douzième du championnat à trois courses de la fin, Hamlin se devait de réagir pour assurer sa place dans le Chase. Il signera trois troisièmes places consécutives de Bristol à Richmond.

Qualifié pour le Chase il bénéficiait de dix points de bonus grâce à sa victoire obtenue à Martinsville lui permettait de débuter le Chase en sixième position alors qu’il était onzième à l’issue de la saison régulière.

Malgré une neuvième place en ouverture des playoffs, la suite du Chase allait s’avérer très délicate, puisqu’il se remettait à alterner les bonnes courses et celles où il rencontrait des problèmes. Trente-huitième à Dover, il signait une onzième place au Kansas.

Sur le Talladega Superspeedway, alors qu’il avait une très bonne voiture et qu’il était en tête du peloton, son pneu arrière droit à explosé envoyant la Toyota n°11 directement dans le mur. Outre sa trente-neuvième place et un abandon – son troisième et dernier de l’année – Hamlin s’en sortait avec une très grosse frayeur.

Seizième au Lowe’s il signait un top-5 à Martinsville pour la première fois depuis six courses et il confirmait la semaine suivante à Atlanta avec une troisième place. La saison se terminera moyennement avec une dix-septième place au Texas, une cinquième à Phoenix puis une treizième pour clôturer la saison à Homestead-Miami.

Une pole, une victoire, 12 top-5 et 18 top-10, telles sont les statistiques de Denny Hamlin à l’issue de la saison 2008. Après un bon début de saison, Hamlin a manqué de constance par la suite. Le Chase aura aussi été très délicat à gérer pour Denny Hamlin, comme pour l’ensemble de ses coéquipiers.

En 2009, il devra gommer ses imperfections liées à son inconstance s’il veut espérer être un candidat sérieux au titre.

quis ut libero. quis, efficitur. risus. dapibus felis commodo Aliquam