2008, l’année de la confirmation pour Clint Bowyer

Clint Bowyer avait été la révélation de la saison 2007, en se qualifiant pour le Chase, en décrochant sa première victoire et surtout en terminant troisième derrière le duo inaccessible de la Hendrick Motorsports.

Le début de saison 2008, n’était pas idéal pour Bowyer qui commençait par une vingt-quatrième place à Daytona puis une dix-neuvième à Fontana avant de se classer vingt-huitième, à deux tours, à Las Vegas.

Il faudra attendre Atlanta, pour voir le pilote de la Chevrolet Impala SS n°07 se montrer aux avant-postes. Il mènera 52 tours avant de se classer sixième. Cette épreuve d’Atlanta allait être le déclic pour Bowyer qui ne sortira pas du top-10 lors des six courses suivantes.

Troisième à Bristol, il continuait avec deux dixièmes places, Martinsville et Texas, avant de terminer second à Phoenix derrière Jimmie Johnson. Neuvième à Talladega, c’est à Richmond que Clint Bowyer allait réaliser le hold-up de l’année.

Alors que Denny Hamlin semblait imbattable chez lui, le pilote de la Joe Gibbs Racing avait subît une crevaison en toute fin d’épreuve, et c’est Bowyer qui avait tiré les marrons du feu.

A compter de Darlington, les résultats allaient être moins probants pour le pilote de la Richard Childress Racing qui allait perdre huit places au classement général en l’espace de cinq courses.

Quinzième à Darlington, il ne pourra faire mieux que vingt-cinquième au Lowe’s, puis trente-sixième à Dover avant d’enchaîner avec une trente-neuvième place à Pocono – sa plus mauvaise place de l’année – puis une vingt-sixième au Michigan.

Après cinq courses catastrophiques, Clint Bowyer était passé de la quatrième à la douzième place, et avec des pilotes tels que David Ragan ou Matt Kenseth aux portes des places qualificatives pour le Chase, le pilote de la Richard Childress Racing n’avait plus le droit à l’erreur.

C’est ainsi que Bowyer allait alterner les bons résultats et les résultats moyens. Quatrième à Sonoma il ne pouvait faire mieux que vingt-deuxième à Loudon avant de terminer la première partie de la saison avec une neuvième place à Daytona.

Clint Bowyer qui avait besoin de bons résultats pour se rassurer, n’allait pas parvenir à trouver l’équilibre durant l’été, puisqu’il signait une vingt-deuxième place à Chicago puis une dix-neuvième à Indianapolis avant de signer son dixième top-10, une sixième place, sur le Pocono Raceway.

Vingt-troisième au Glen, puis vingtième au Michigan, Bowyer était treizième du championnat et n’avait donc plus le droit à l’erreur lors des trois dernières courses de la saison régulière.

Septième à Bristol, il enregistrait une dixième place à Fontana, puis une douzième à Richmond pour finalement décrocher la dernière place qualificative. Mais grâce à sa victoire à Richmond c’est à la cinquième place que Bowyer allait démarrer le Chase.

Douzième de la première course des playoffs, il allait se classer huitième à Dover. Cet course sera d’ailleurs un petit événement puisque Bowyer a mené deux tours, c’est la première fois qu’il menait depuis sa victoire de Richmond, soit un intervalle de dix-sept courses consécutives sans avoir mené le moindre tour.

Douzième au Kansas, il prenait la cinquième place de l’épreuve de Talladega avant de terminer l’épreuve du Lowe’s en…. douzième position.

Neuvième à Martinsville, Bowyer allait terminer la saison par une vingtième place à Atlanta, une quatrième au Texas, encore – une douzième à Phoenix et enfin une cinquième place à Homestead.

Une victoire, sept top-5 et seulement 17 top-10 pour Clint Bowyer qui aura confirmé puisqu’il s’est de nouveau qualifié pour le Chase, et aura terminé la saison en cinquième position, mais bien que régulier en fin de saison, ses résultats auront été plus oscillants en première partie.

Bowyer n’aura mené que six courses cette année, mais comme son coéquipier Kevin Harvick, il a vu le drapeau à damier de toutes les courses et est le pilote qui a bouclé le plus de tours cette année : 10655 sur les 10725 possibles.

En cette saison 2009, Bowyer aura fort à faire puisqu’il changera d’équipe au sein de la Richard Childress, il va passer de la n°07 à la n°33 et devra se qualifier au temps lors des cinq premières épreuves de la saison. Jusqu’à Bristol il n’aura donc pas le droit à l’erreur sous peine de se voir sortir du top-35.

vulputate, ipsum consequat. nec elit. felis