Tony Kanaan, sonné mais toujours debout

Tony Kanaan semble avoir hérité de la poisse légendaire de son patron Michael Andretti sur le Brickyard. Comme l’année dernière, sa course a été marquée par un gros crash, alors qu’il semblait dans le bon rythme pour prétendre à la victoire.

Au 98ème tour, alors que le Brésilien occupait la troisième place, sa Dallara percutait violemment le mur dans le turn 3. Après avoir rebondi et tapé une seconde fois, la monoplace s’immobilisait, le côté droit complètement arraché, après une longue glissade contre le mur extérieur.

« La course ne s’est pas passée comme prévu. », racontait Tony Kanaan. « Quelque chose a cassé sur la voiture au milieu de la ligne droite et j’ai tapé le mur de face en entrant dans le turn 3. C’est toujours dommage de ne pas terminer une course, mais je suis heureux de m’en être tiré. C’était un méchant crash. Je dois remercier l’équipe de sécurité et l’IRL : c’était un crash à 300 km/h, de face, et pourtant je suis toujours debout ».

En réalité, la télémétrie a révélé que Kanaan roulait à 365 km/h dans la ligne droite et que la Dallara était encore à 313 km/h quand elle a tapé le mur. Le Brésilien a encaissé une décélartion de 175G. Il semble qu’un bris de suspension soit à l’origine de l’accident.

« J’ai mal partout. », expliquait Tony Kanaan lundi à Robin Miller (SpeedTV). « Dimanche soir a été la pire soirée de ma vie. J’ai deux côtes cassées, mon femur droit, mon genou droit et mon pied droit sont noirs. J’ai de grosses contusions sur mes mains, mes coudes et mes hanches. »

Pour autant, Kanaan ne prévoit pas de manquer la prochaine manche de Milwaukee qui se tiendra ce week-end.

« J’ai roulé à Indy avec un bras cassé une année. Et comment ne pourrais-je ne pas rouler alors qu’Alex Zanardi continue à piloter sans ses jambes, et que mes amis en motoGP continuent à rouler avec des bras et des jambes cassées. ».

felis mattis Sed pulvinar tristique consequat. quis