Et de cinq pour Mark Martin au Michigan !

Un vieux dicton en NASCAR dit que pour finir premier il faut en premier lieu finir la course. Mark Martin a appliqué à la lettre ce proverbe en ne menant que le dernier tour des LifeLock 400 sur le Michigan International Speedway grâce à une stratégie basée au plus juste.

Alors que Jimmie Johnson – qui avait allègrement dominé la course jusque là – et Greg Biffle sont tombés en panne d’essence à l’entame du dernier tour, Mark Martin a réussi à économiser la moindre goutte de carburant pour aller décrocher sa troisième victoire de la saison.

A l’instar de son quinquagénaire d’équipier, Jeff Gordon a lui aussi parfaitement géré sa consommation pour terminer l’épreuve en deuxième position et ainsi reprendre quelques points à Tony Stewart au classement général.

Denny Hamlin a terminé l’épreuve en troisième position juste devant Carl Edwards. Biffle, qui est tombé en panne d’essence dans la ligne droite arrière a malgré tout réussi à rallier l’arrivée en cinquième position.

Juan Pablo Montoya a ramené une sixième place à son équipe et est une nouvelle fois le meilleur pilote de la Earnhardt Ganassi Racing. Le top-10 est complété par Tony Stewart, Kurt Busch, le poleman Brian Vickers et Clint Bowyer.

A court de carburant à l’amorce du dernier tour, Johnson n’a coupé la ligne qu’en vingt-deuxième position et est le plus mauvais pilote de la Hendrick Motorsports, puisque Dale Earnhardt Jr. – bien que n’ayant jamais été parmi les meilleurs durant la course – s’est classé quatorzième.

La Richard Childress Racing a une nouvelle fois déçu, car hormis Bowyer dans le top-10, il faut attendre la dix-huitième place et Kevin Harvick pour trouver l’un de ses représentants. Casey Mears et Jeff Burton sont respectivement vingt-quatrième et vingt-sixième de cette quinzième épreuve de la saison.

La Roush Fenway Racing a de son côté rectifié légèrement le tir par rapport aux semaines passées puisque ses cinq pilotes sont dans le top-20 de cette course. Jamie McMurray a échoué aux portes du top-10, onzième, alors que David Ragan et Matt Kenseth sont quinzième et vingtième.

C’est sous un beau ciel bleu que les pilotes se sont élancés et Kyle Busch a été le plus prompt pour mener les premiers tours. Vickers a immédiatement perdu des places et ne s’est jamais retrouvé à l’avant du peloton du reste de la course.

Dès le dixième tour, Johnson a pris la tête et a commencé son cavalier seul, bien aidé par le clean air. Au trentième tour, Joe Nemechek et Tony Raines regagnaient les garages sans créer de drapeau jaune alors que Johnson comptait déjà plus de six secondes d’avance.

Kyle gardait la deuxième place devant son frère Kurt Busch, qui dans la bagarre allait frotter le muret sans graviter pour la Dodge n°2 de la Penske Racing.

La première séquence de ravitaillements se déroulait sous drapeau vert et le triple champion en titre de la NASCAR Sprint Cup Series consolidait sa place en tête, mais avec Kasey Kahne comme nouveau dauphin. Stewart, Biffle, Montoya, Vickers, Bowyer, Kenseth, Martin, Edwards complétaient le top-10.

Il faudra attendre le 73ème tour pour voir le premier drapeau jaune de la journée, pour un débris. L’épreuve sera neutralisée une nouvelle fois pour débris puis une dernier fois à une cinquantaine de tours du but après que David Stremme ait perdu le contrôle de sa Dodge n°12 et se soit écrasé dans les bidons d’eau protégeant le muret des stands.

Tous les pilotes encore en piste sont alors repassés par les stands pour faire le plein de carburant et changer de pneumatiques. La suite s’est jouée à la consommation.

Stewart conserve sa place de leader du classement général, mais ne compte désormais plus que 47 longueurs d’avance sur Jeff Gordon. Johnson reste troisième alors que Kurt Busch gagne une place au profit de Ryan Newman.

Mark Martin gagne cinq places et se retrouve désormais huitième avec 61 points d’avance sur le premier des pilotes non qualifiés pour le Chase. Kyle Busch, Hamlin, Kenseth et Burton ont les quatre dernières places qualificative mais Reutimann n’est qu’à trois unités de Burton alors que Montoya est quarante longueurs derrière le vainqueur des Coca-Cola 600 de cette année.

Pour l’instant c’est le vétéran de la Hendrick Motorsports qui aborderait le Chase en tant que leader avec 5030 points, tout comme le plus jeune des frères Busch. Ils devanceraient de dix longueurs Johnson et Kenseth, alors que Stewart, Gordon et Kurt débuteraient avec 5010 points. Les cinq autres n’auraient que les 5000 points réservés aux pilotes qualifiés pour les playoffs.

felis facilisis consectetur accumsan dictum ipsum ipsum pulvinar elit. sed